mardi , avril 24 2018
Accueil / Actualités / Délégation générale en Chine: Québec fait une demande officielle

Délégation générale en Chine: Québec fait une demande officielle


Le Québec demande officiellement un statut de délégation générale en Chine, jugeant le fruit mûr après des années passées à labourer le terrain.

Le Québec dispose de délégations générales à New York, Paris, Londres, Bruxelles, Munich, Mexico et Tokyo. Il compte bien ajouter Shanghai à cette liste, et ce, le plus tôt possible.

Il est déjà présent en Chine de façon plus modeste avec trois bureaux et une vingtaine d’employés; cependant, un statut officiel lui permettrait d’être reconnu par les autorités chinoises comme un véritable joueur diplomatique, politique et économique. Confiante, la ministre croit que les conditions nécessaires sont réunies pour que Québec obtienne gain de cause.

Cela aurait comme effet d’engraisser le budget de la représentation québécoise en Chine, qui verrait son nombre d’employés augmenter de façon «assez substantielle», a-t-elle déclaré. C’est que la Chine représente un marché de 1,4 milliard de personnes avec des possibilités immenses. Lors de la mission commerciale et culturelle du premier ministre Philippe Couillard dans l’Empire du Milieu en janvier, on apprenait que 300 millions de personnes sont maintenant considérées comme appartenant à la classe moyenne, qui est en quête de nouvelles façons de se divertir. Le premier ministre a entre autres participé à des activités mettant en vitrine l’expertise hivernale du Québec, ainsi que sa créativité en matière de réalité virtuelle et d’arts du cirque.

Il s’agissait de la huitième visite d’un premier ministre québécois en Chine. Par cette mission, M. Couillard s’est trouvé à marcher dans les traces de René Lévesque, qui a été le premier des chefs de gouvernement du Québec, il y a 34 ans, à visiter le pays de Mao. Le Québec a signé sa première entente avec le gouvernement chinois en 1980, et elle portait sur l’éducation. Le Québec a aussi été la première province à ouvrir un bureau en Chine, en 1998, sous Lucien Bouchard.

Pourtant, l’actuel représentant du Québec en Chine, Jean-François Lépine, est toujours hébergé dans les bureaux de l’ambassade canadienne. La Chine reconnaît traditionnellement les pays, et non les provinces, dit-il.

Tout cela pourrait bientôt changer, explique la ministre St-Pierre. Le Québec est autonome sur la scène internationale et il croit l’avoir bien démontré à Pékin.

«On est sérieux dans nos démarches envers la Chine, on est sérieux dans cette attitude qu’on veut développer davantage de partenariats», a-t-elle dit. «[…] J’ai confiance que ça va être assez facile parce qu’on a déjà de l’expertise, on a une histoire, un historique, ce n’est pas quelque chose qu’on vient d’inventer, qu’on sort d’un chapeau.»

Le Québec a procédé avec «minutie» dans ce dossier, concède-t-elle, car «on a affaire à des gens très sophistiqués, qui ont une culture millénaire qui est profonde». Le mandat de Jean-François Lépine, qui est très apprécié, sera renouvelé cet automne.

Nouvel ambassadeur

D’ailleurs, la ministre se réjouit de la nomination de l’ancien ministre libéral fédéral John McCallum à titre d’ambassadeur du Canada en Chine, car il est un allié du Québec, dit-elle. «Les planètes sont alignées. […] Ce serait une énorme victoire», a-t-elle ajouté.

source : CAroline Plante, La Presse Canadienne et Voix de l’Est 

 

À propos Bianca Battistini

Voir aussi

BRP se mérite encore les honneurs- Technologie de performance des prix Edison Awards

LA TECHNOLOGIE DE DÉMARRAGE DE MOTEUR NOVATRICE SHOT SE MÉRITE LES HONNEURS DES EDISON AWARDS …