mercredi , novembre 21 2018
Accueil / Actualités / Quinco et Cie , PME de la semaine des Affaires

Quinco et Cie , PME de la semaine des Affaires

PME DE LA SEMAINE. Spécialisée dans le marché de la rénovation, la PME québécoise Quinco et Cie vient de réaliser sa première acquisition avec le rachat de la société ADzif et Gautier. Une manière de diversifier à nouveau les marchés de la société, jusqu’ici spécialisée dans la commercialisation de sa marque de carrelage mural adhésif, Smart Tiles.

Fondée en 1999 à Magog, la compagnie Quinco et Cie vient de passer le cap des 100 employés grâce à l’acquisition, en juin dernier, de la compagnie montréalaise ADzif (15 salariés). Spécialisée depuis 2006 dans la fabrication d’appliqués muraux, cette dernière comprend aussi la marque de mobilier et accessoires décoratifs pour l’ensemble de la famille, Gautier Studio. Cette opération permettra à Quinco et Cie d’élargir son offre, en proposant près de 1300 nouvelles références.

« J’étais à la recherche d’une extension qui nous ressemble et qui nous apporterait une distribution axée sur un autre marché que celui de la quincaillerie », affirme Élaine Paquin, présidente de Quinco & Cie. Si la PME ne souhaite pas déplacer les bureaux des Studios Gautier, de fortes synergies avec ses équipes créatives sont envisagées pour l’aider à développer de nouveaux produits porteurs de croissance, à commencer par des revêtements. Et la compagnie n’en serait pas son coup d’essai dans ce domaine…

Un marché à diversifier

Fondée d’abord sous la marque S’tics Deco, Quinco et Cie a démarré sur le marché du carrelage adhésif (4 pouces par 4 pouces) avant de se tourner vers une seconde génération de produits, imitant les carreaux de mosaïque en verre.

« J’ai eu l’idée lorsque j’étais en train de faire construire ma maison. Je me suis demandée pourquoi il n’existait pas un produit facilement installable et enlevable (sic) », se souvient Élaine Paquin. En misant sur une production réalisée dans son usine de 60 000 pi2 située à Magog, la PME a commencé à travailler avec des détaillants comme Réno-Dépôt et Home Depot avant de décrocher un contrat avec la compagnie Walt Disney, pour laquelle elle a fabriqué des produits à l’effigie de la marque entre 2006 et 2010.

« Nous avons investi plus de 4 M$ au cours des quatre dernières années au niveau de la production », confie la cofondatrice. Mais l’évolution de la concurrence, avec l’entrée d’un acteur chinois, couplée à d’importantes mutations du commerce de détail, ont conduit Quinco et Cie à vouloir maintenant diversifier ses marchés.

Des visées à l’export

Avec un chiffre d’affaires situé dans une fourchette comprise entre 10 et 15 M$, la compagnie a vu ses ventes tripler depuis son entrée sur le territoire américain en 2010, où elle est désormais distribuée dans 3 000 points de vente. Après le Canada et les États-Unis, l’objectif de Quinco et Cie est donc de continuer à élargir son réseau de distribution.

Pour y parvenir, elle souhaite s’appuyer sur les synergies offertes par le Studio Gautier, qui commercialise une gamme de mobilier et de décoration pour enfants. « Il s’agit d’un segment plus pointu, mais que l’on peut facilement étendre pour s’adresser à de nouveaux détaillants », confie la cofondatrice, qui estime que sa force se trouve aujourd’hui dans son intégration sur le marché du commerce de détail.

Présente dans 80 % des quincailleries au Canada, et dans 35 % des quincailleries aux États-Unis (à travers son partenariat avec la chaîne de magasins Home Depot), la PME compte désormais pénétrer le continent européen, à commencer par la France, où elle a développé un partenariat avec les réseaux Leroy Merlin et Castorama. « L’Allemagne et au Royaume-Uni sont les deux prochains marchés à explorer », affiche Élaine Paquin. Sa cible : atteindre 20 % de croissance, tous segments confondus, d’ici les deux prochaines années.

Quinco et Cie en quelques chiffres

-Année de création : 1999

-Chiffre d’affaires annuel : 10 à 15 millions de dollars

-Marchés desservis : Québec, Canada, France

-Emplacement du siège social : Magog

-Objectif pour l’année à venir : intégrer l’acquisition de la compagnie ADzif et des Studios Gautier et poursuivre la diversification de son offre et de son réseau de distribution au pays, mais aussi à l’international.

 

SOURCE: les Affaires Marie Lyan

Voir aussi

Marché du travail; faut-il craindre les robots?

OPINION MIA HOMSY MARCHÉ DU TRAVAIL: FAUT-IL CRAINDRE LES ROBOTS ? source: La presse+- Mia Homsy – …