jeudi , janvier 17 2019
Accueil / Actualités / Tarifs américains: le tiers des exportateurs canadiens serait touché

Tarifs américains: le tiers des exportateurs canadiens serait touché

PHOTO JOSE CABEZAS, ARCHIVES REUTERS

ARMINA LIGAYA

Exportation et développement Canada a indiqué mardi qu’environ le tiers des exportateurs canadiens disent avoir été affectés négativement par les tarifs américains en vigueur sur l’acier et l’aluminium canadiens.

Selon les résultats d’une enquête semestrielle de la société d’État, 19 % des entreprises touchées par les droits de douane ont à leur tour augmenté les prix et 18 % ont trouvé des marchés et des fournisseurs alternatifs.

Et même si la conclusion de l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM) a atténué l’incertitude, les résultats du dernier sondage de l’agence fédérale montrent que la confiance des exportateurs s’est érodée face aux tensions commerciales mondiales plus vastes, comme celle entre les États-Unis et la Chine, a observé l’économiste en chef d’EDC, Peter Hall.

Les attentes des exportateurs sont maintenant « revenues sur Terre », a affirmé M. Hall.

« Nous sommes maintenant confrontés à des mesures protectionnistes mondiales beaucoup plus sérieuses. […] Une bataille entre la Chine et les États-Unis, dans laquelle se trouvent des tarifs très tangibles, inhibe le commerce mondial », a-t-il affirmé lors d’un entretien.

Selon les résultats de l’enquête semestrielle d’EDC, l’indice de confiance des exportateurs a chuté à 73,8 points, soit une baisse par rapport à celle de 76,5 points du questionnaire précédent, six mois plus tôt. Les exportations étaient alors stimulées par la vigueur de l’activité économique malgré les préoccupations commerciales nord-américaines.

En septembre, le Canada, les États-Unis et le Mexique ont finalement conclu un accord pour remplacer l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), mettant ainsi fin à des mois d’incertitude. Toutefois, les droits de douane punitifs imposés par les États-Unis sur l’acier et l’aluminium, appliqués au Canada et au Mexique pendant les négociations difficiles, sont restés en vigueur.

Entre-temps, la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine s’est intensifiée avant que les deux superpuissances économiques concluent une trêve, plus tôt en décembre. Cependant, l’arrestation, à Vancouver, d’une haute dirigeante chinoise du secteur des technologies à la demande des autorités américaines menace de compromettre ce sursis.

EDC, qui soutient les entreprises tournées vers l’exportation, a mené une enquête téléphonique auprès de 1000 exportateurs canadiens de petite, moyenne et grande taille du 23 octobre au 13 novembre, et a conclu que la signature de l’ACEUM avait eu une incidence notable sur leurs plans d’investissement.

Avec la conclusion de cet accord, environ 41 % des entreprises interrogées déclarent avoir augmenté, ou envisagent d’accroître, leurs investissements – soit plus du double que six mois plus tôt, alors que l’incertitude prévalait quant à l’avenir de l’accord commercial nord-américain.

En outre, le pourcentage d’entreprises qui ont déclaré retarder leurs projets en raison des négociations d’accords commerciaux est tombé à 35 %, contre 57 % des entreprises sondées six mois plus tôt.

Malgré tout, 34 % des exportateurs interrogés ont indiqué que les tarifs de l’acier et de l’aluminium avaient des effets négatifs sur eux, soit plus que ne l’anticipait EDC, a expliqué M. Hall.

Selon EDC, les tarifs douaniers ou les obstacles au commerce étrangers ont été mentionnés par les répondants comme la principale difficulté vécue par les exportateurs canadiens, dans une proportion de 14 %. Cela a été suivi par l’obtention d’un financement et la recherche de main-d’oeuvre qualifiée, qui, dans les deux cas, ont été identifiés par 11 % des répondants.

Voir aussi

BRP célèbre ses 15 ans d’indépendance

Lors des 15 ans de BRP, la revue Québec Yachting a produit cet excellent article …