mercredi , décembre 13 2017
Accueil / Actualités / L’étiquette des affaires au Mexique en 12 points

L’étiquette des affaires au Mexique en 12 points

En ces temps fragiles pour nous et notre partenaire du Mexique, voici que EDC fournit quelques conseils d’affaires pour bien réussir dans ce pays qu’est le MEXIQUE.

Les économies canadienne et mexicaine sont intimement liées depuis la signature de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) en 1994. Le Mexique est la 13e économie en importance au monde et, avec ses 127,5 millions d’habitants, se classe au 12e rang des pays les plus peuplés.

Chose certaine, le Canada continuera de faire des affaires avec le Mexique même si la renégociation de l’ALENA pourrait modifier les relations. C’est pourquoi nous avons demandé à Nathan Nelson, représentant en chef d’EDC pour le Mexique, de nous donner quelques conseils d’affaires.

1. Apprenez la langue : Apprenez un peu l’espagnol, les Mexicains apprécieront. Mais contentez-vous de la base, comme « bonjour » et « enchanté ». N’essayez pas de faire votre présentation en espagnol si vous ne le parlez pas. « Utilisez des phrases simples, recommande M. Nelson. Ce n’est pas grave si vous faites une erreur. Vous pourrez en rire. »

2. Découvrez le pays : Les Mexicains sont des gens fiers, alors montrez votre intérêt pour leur pays. La beauté de la ville et de la culture est un bon sujet de discussion. « Familiarisez-vous avec les attraits de leur ville pour en discuter », suggère-t-il.

3. Rendez-vous souvent sur place : Rien ne vaut les rencontres en personne, tout particulièrement au Mexique. Les gens s’attendront à ce que vous veniez les voir souvent et à ce que vous preniez le temps de bâtir les relations clés.

4. Faites la causette : Avant de parler affaires dans une rencontre, les Mexicains discutent généralement de culture, de la ville ou de la météo. Renseignez-vous sur la culture, notamment les célébrités mexicaines et le sport national : le soccer. Il est possible qu’on vous parle de votre culture. Par exemple, M. Nelson s’est souvent fait poser des questions sur les sports d’hiver.

5. Engagez du personnel du pays : Au Mexique, il est primordial d’avoir un représentant ou un partenaire local pour résoudre les problèmes. « Obtenir des réponses, gérer la logistique et faire le suivi sera plus facile si vous avez de bonnes relations avec les gens du pays, explique M. Nelson. Il vous faut quelqu’un sur le terrain qui connaît les processus et la façon de penser du pays. »

6. Soyez ponctuel : Ne soyez jamais en retard à une réunion, mais dites-vous que vos homologues mexicains le seront peut-être. Les bouchons de circulation sont monnaie courante dans les grandes villes comme Mexico, Guadalajara et Monterrey. Sachez aussi que la conception du temps est plus flexible en Amérique latine, bien que ce soit davantage le cas dans les régions rurales que dans les grandes villes.

7. Anticipez les files : Arrivez d’avance aux réunions, car les contrôles de sécurité peuvent être plus longs que prévu et extrêmement stricts. Parfois (surtout dans les usines), les visiteurs doivent avoir leur passeport. Dans 95 % des cas, vous n’aurez pas à le laisser à la sécurité, mais on vous demandera de donner une pièce d’identité avec photo. Soyez donc prêt à cette éventualité. « Osez proposer de laisser une autre pièce d’identité que votre passeport, comme votre permis de conduire ou votre carte d’assurance maladie », recommande M. Nelson.

8. Décodez le non verbal : Les Mexicains n’aiment pas dire non; il faut donc savoir décoder leur langage corporel. Vous y arriverez avec le temps. Encore une fois, cela peut varier selon les régions. On vous dira plus souvent « non » dans les grandes villes, mais il est quand même possible que « oui » veule dire « non ». « C’est pourquoi rien ne vaut les rencontres en personne, insiste M. Nelson. Après une conférence téléphonique, tout peut vous sembler impeccable, mais il en serait autrement si vous aviez vu le visage et le langage corporel de vos interlocuteurs. »

9. Armez-vous de patience : Les négociations ou les procédures sont parfois lentes. Le processus bureaucratique peut être très lourd au gouvernement et même dans certaines grandes entreprises. « Voilà pourquoi il est bon d’avoir quelqu’un sur place pour vous aider à obtenir l’information nécessaire », précise-t-il.

10. Du pain (ou des tortillas) sur la planche : Les réunions au déjeuner, au dîner et au souper sont monnaie courante, mais on vous offrira rarement le repas la première fois. Ce type de réunion s’étire souvent. « C’est très fréquent, le jeudi ou le vendredi, que les gens partent dîner à 14 ou 15 h et qu’ils ne retournent pas au bureau », souligne M. Nelson.

11. Optez pour un style vestimentaire gagnant : Mieux vaut être trop bien habillé que pas assez. Dans les centres d’affaires comme Mexico, Guadalajara et Monterrey, portez une tenue habillée. Dans les petites villes, c’est souvent plus décontracté, surtout à cause de la chaleur intense. Sur la côte, les hommes portent souvent des chemises légères à manches longues, appelées guayabera.

12. La carte professionnelle est reine : L’échange de cartes professionnelles est encore très courant; ayez les vôtres à portée de main. « Apportez-en plus que pas assez », conseille M. Nelson. Assurez-vous que votre numéro de cellulaire y figure et n’hésitez pas à demander celui de clients potentiels.

SOURCE: EDC 

À propos Bianca Battistini

Voir aussi

U de S – Chaire CRSNG en conception d’aluminium: Un nouveau laboratoire combinant recherche et enseignement

Vincent Lambert, Journal Estrie Plus  Le doyen de la Faculté de génie de l’UdeS, Patrick …