mercredi , décembre 13 2017
Accueil / Actualités / « L’innovation, c’est une compétence comme une autre, ça ne tombe pas du ciel ! Ça s’apprend »

« L’innovation, c’est une compétence comme une autre, ça ne tombe pas du ciel ! Ça s’apprend »

Dans l’actuel contexte d’ouverture des marchés internationaux, les manufacturiers et exportateurs québécois n’ont d’autre choix que d’innover pour faire leur marque. Tour d’horizon de cet enjeu fondamental pour les entreprises d’ici…

Au Québec, la productivité annuelle du travail, soit le produit intérieur brut (PIB) par heure travaillée, s’établissait en 2014 à 44,60 $ par heure travaillée, selon Statistique Canada, alors qu’elle était de 50,10 $ en moyenne au Canada. Il s’agit pour le Québec d’une augmentation de 2,3 % par rapport à l’année précédente, alors que la même mesure montre une hausse de 2,5 % dans l’ensemble du pays.

« Nous n’avons pas un très bon score, reconnaît Marie-Christine Ferland, vice-présidente, Manufacturier innovant chez Manufacturiers et Exportateurs du Québec. La productivité augmente moins vite au Québec qu’au Canada, et elle progresse plus rapidement encore dans d’autres pays. Depuis dix ans, elle a augmenté de 53 % aux États-Unis et de 91 % en Corée du Sud, mais de seulement 11 % au Canada. »

Et l’innovation forme à son avis le cœur du problème : « L’innovation est ce qui permet d’augmenter la productivité des entreprises. Le but, quand on innove, c’est de devenir plus concurrentiel. Et c’est le plus grand enjeu pour les manufacturiers. »

Laurent Simon, professeur au département d’entrepreneuriat et innovation à HEC Montréal, abonde dans le même sens : « L’innovation, c’est essentiel, critique, vitale. Quelle organisation aujourd’hui peut se permettre de ne pas innover ? Aucune. »

Or, les manufacturiers et exportateurs québécois ont selon lui « énormément de travail à faire » à cet égard. Un travail indispensable, martèle-t-il : « Avec l’ouverture des marchés, le succès des entreprises viendra de moins en moins des défis de coûts et de productivité, mais de questions de différenciation, ce qui n’est soutenu que par l’innovation. »

lire la suite de l’article sur le site de la Banque Nationale 

À propos Bianca Battistini

Voir aussi

Arjo reprend sa vitesse de croisière dans le parc industriel de Magog

Le directeur des opérations, Julien Bouchard, est bien fier de diriger une rare usine alliant …