dimanche , décembre 16 2018
Accueil / Blogue / Un programme de gestion et intelligence manufacturière de l’U de S pour mieux procéder au virage vers l’industrie 4.0

Un programme de gestion et intelligence manufacturière de l’U de S pour mieux procéder au virage vers l’industrie 4.0

Depuis plusieurs mois maintenant on entend parler de l’industrie 4.0.  Qu’il faut absolument passer à la conversion dans nos usines pour s’assurer de demeurer concurrentiel.  Des tonnes d’articles chaque jour.

Mais par où commencer?  Quels sont les éléments de prise en compte?  Comment adapter une usine pour la rendre plus « intelligente » tout en s’assurant que les ressources humaines pourront suivre la cadence?

Autant de questions auxquelles il faudra répondre rapidement.

C’est pourquoi  l’Université de Sherbrooke a instauré un micro-programme afin de vous aider à « effectuer le virage vers le 4.0 ».  Pour en avoir discuter avec nos membres, pour quelques-uns cela peut sembler une montagne, mais qu’en est-il vraiment?

Il ne suffit que de désigner un leader (cadre, chargé de projet etc.) qui suivra cette formation au contenu suivant durant 12 mois:

5 cours à l’automne 2018, les vendredis et samedis en alternance aux 15 jours :

  • Industrie 4.0 et modèles d’affaires numériques
  • Applications de l’Internet des objets en entreprise
  • Enjeux de gestion liés à la robotique collaborative
  • Analytique d’affaires dans le secteur manufacturier
  • Diagnostic et virage numérique

Tous les détails sont offerts ICI sur ce lien 

Nous encourageons fortement tous nos membres à désigner cette personne qui saura comment non seulement apprendre, mais au retour en entreprise, mettre en application tout cet apprentissage puisque la formation est offerte en mode « application rapide » ce qui est d’ailleurs une marque de commerce pour plusieurs programmes du 2e cycle de l’Université de Sherbrooke; rapidement en application.

 

Voir aussi

Industrie manufacturière; Les femmes appelées en renfort

Danielle Lafond, Présidente de LABPLAS source: Nathalie Côté, La Presse+ Les entreprises manufacturières auront besoin …