1.855.675.6500
Domtar lance  des travaux de 37M$

Domtar lance des travaux de 37M$

Revue de presse: 27 mars- La Tribune   JUDITH DESMEULES  judith.desmeules@latribune.qc.ca

WINDSOR — Les choses vont bouger dans les prochaines semaines pour l’usine du Rang 12 de Domtar à Windsor. Les travaux de démantèlement du projet de modernisation de la cour à bois commenceront dès le 1er avril. Si l’échéancier suit son cours sans problème, les nouveaux équipements seront prêts pour utilisation en novembre prochain et permettront entre autres d’accroître et d’améliorer la productivité de l’entreprise. Voilà plus d’un an que ce projet de modernisation, qui comprend un investissement de 37 millions $, a été annoncé.

Les premiers travaux annoncés se dérouleront le jour du lundi au vendredi et s’échelonneront sur huit semaines. Les démarches pourront entraîner du bruit occasionnel près du territoire de l’usine.

« Ce sera surtout pendant la période de démantèlement, on devra utiliser un marteau pneumatique plus tard en avril. On informera les gens quand ce sera le moment. On travaillera le jour et en semaine. Avec le bruit ambiant il ne devrait pas y avoir d’impact majeur », indique Providence Cloutier, conseillère en communication de l’entreprise.

Mme Cloutier assure également que des mesures d’atténuation du bruit ont été prises.

MOINS DE PERTE DE MATIÈRE

Le projet de modernisation consiste à remplacer les deux lignes de transformation du bois par la construction d’une ligne multi longueur. Le projet de la cour à bois permettra donc d’améliorer la qualité des copeaux et de réduire les coûts de transformation, mais également de sécuriser un approvisionnement en fibre.

« On avait deux lignes qui transforment la fibre en copeaux. Une des lignes sera arrêtée pour la durée des travaux. À la fin, l’autre ligne sera démantelée aussi et la ligne multi longueur pourra transformer autant de bois que nos deux lignes actuelles, c’est plus efficace et ça permet de perdre moins de fibres », ajoute MmeCloutier.

Les installations de l’usine de Windsor peuvent recevoir du bois de 4 et 8 pieds. Lorsque le nouvel équipement sera fonctionnel, l’usine pourra recevoir du bois multi longueur allant jusqu’à 26 pieds. Ce projet s’inscrit également dans la démarche de développement durable de Domtar.

« Quand on parle de développement durable, c’est que présentement on reçoit la fibre tronçonnée et les billots de bois en 4 et 8 pieds. Il y a des opérations qui sont faites en forêt pour tronçonner la fibre quand elle est trop longue et il y a toujours un peu de perte. Le projet nous permettra de recevoir du bois plus long donc pour les fournisseurs et entrepreneurs, c’est une étape de moins à faire », explique Providence Cloutier.

Comme pour tout nouvel équipement, des formations seront à prévoir pour les employés, afin qu’ils puissent se familiariser avec la nouvelle technologie. Le projet ne créera pas de nouvel emploi chez Domtar.

ARTICLE COMPLET 

Domtar crée le futur et reçoit l’appui du gouvernement fédéral!

Domtar crée le futur et reçoit l’appui du gouvernement fédéral!

Un projet en recherche et développement de 4,9 millions $, annoncé vendredi, permettra de maximiser la production de biocarburants.

Lire aussi:  Domtar : une modernisation qui se précise

Domtar investit 37 M$ à son usine de Windsor

« En un mot, le projet consiste à créer le futur. La vision que j’aimerais donner à long terme consiste à ce que mes petits-enfants puissent jouer avec des blocs Légo faits à base de bois au lieu d’être faits à base de pétrole. Si ça vient de Windsor, ce serait encore mieux », anticipe le directeur général de l’usine Domtar à Windsor, Éric Ashby.

Concrètement le projet de recherche s’échelonnera sur deux ans. Il permettra d’explorer de nouvelles technologies de séchage de la biomasse et de produire des biocarburants et des bioproduits à base de fibre de bois.

« Nous cherchons des avenues concrètes que nous pourrions appliquer à Windsor en matière de biocarburant. Les centres de recherche vont regarder toutes les avenues pour nous dire lesquelles sont les plus viables. Nous allons par la suite prendre les concepts et les réaliser concrètement à Windsor ou sur nos autres sites. Nous faisons un pas de plus pour transformer Domtar pour améliorer notre empreinte énergétique et innover pour la création d’une bioraffinerie. Nous sommes une usine intégrée qui part de l’arbre jusqu’au produit final », indique M. Ashby.

À partir du bois, Domtar compte produire des biocarburants comme l’éthanol afin de remplacer l’énergie fossile comme le pétrole.

« Nous voulons transformer le bois en toutes sortes de valeurs ajoutées. Oui, nous faisons traditionnellement des pâtes et papiers. Mais nous produisons aussi de l’électricité. Nous voyons un arbre et nous cherchons à aller chercher le maximum de la valeur de façon renouvelable. Le concept de bioraffinerie est de maximiser l’arbre et le transformer pour faire une gamme de produits comme des bioplastiques, de la pâte, du papier, de l’électricité, des biocarburants ou la nanocellulose », indique Éric Ashby.

Subvention fédérale

La ministre du Développement international et de la Francophonie du Canada Marie-Claude Bibeau a annoncé l’octroi d’une subvention de 1,89 million $ à ce projet.

« Nous joignons ici l’économie et l’environnement. Cet investissement vise à optimiser tous les résidus de l’usine de Windsor. La vision de l’usine demeure de valoriser la totalité des résidus. D’investir dans la recherche et le développement à travers des universités canadiennes présente un beau projet. Comment on peut faire pour remplacer le pétrole par le bois en optimisant l’utilisation des résidus de bois », signale la ministre Bibeau.

La députée de Compton–Stanstead représentait, vendredi, son collègue Jim Carr, ministre des Ressources naturelles du Canada.

« C’est un investissement majeur pour Domtar et pour Windsor, mais aussi pour l’avenir sobre en carbone du Canada. La vision de notre gouvernement est inscrite dans un siècle de croissance propre. Les changements technologiques propres sont impératifs. C’est un investissement important qui élargira dans une nouvelle matière produite visant à réduire la dépendance aux combustibles fossiles », indique Mme Bibeau.

« Nous allons analyser plusieurs options et grâce à cette subvention, nous pourrons aller plus loin. Il s’agit d’une nouvelle emballante pour Domtar et ses partenaires. Les résultats de la recherche orienteront les prochaines étapes dans la conception à grande échelle des composantes d’une bioraffinerie pour créer des bioproduits et des biocarburants. (…) Beaucoup de recherche est faite en matière de bioraffinerie. Nous voulons devenir le leader dans cette matière. Domtar n’est pas la seule, mais nous voulons être les leaders. Ce type de projet de recherche permet d’aller en avant », ajoute M. Ashby.

Valorisation

L’usine de Windsor valorise présentement 95,4 pour cent des résidus produits.

« L’objectif à long terme serait de tout valoriser. Il faut regarder toutes les avenues de façon globale pour réduire notre impact environnemental », mentionne le directeur général de l’usine Domtar de Windsor.

À long terme, le projet pourrait créer des emplois à Windsor.

« Pour le moment, ce sont les chercheurs qui vont travailler au projet. Lorsque des options seront commercialisées, il y aura une création d’emploi. Ça s’inscrit dans la vision à long terme de Domtar. À Windsor, nous avons plus de 150 ans d’histoire. Il y en a qui disent que nous sommes des fossiles, moi je pense que nous sommes innovants », signale M. Ashby.

La mairesse de Windsor Sylvie Bureau se réjouit de cet investissement qui pourrait avoir des impacts directs à Windsor.

« Nous parlons ici d’avenir en consolidant des emplois dans notre communauté. Domtar est un fleuron pour Windsor et pour le Québec. Le lien entre Domtar et Windsor demeure très fort », signale la mairesse.

ARTICLE COMPLET DANS LA TRIBUNE: journaliste René-Charles Quirion

Domtar: une modernisation qui se précise

Domtar: une modernisation qui se précise

Domtar : une modernisation qui se précise

CLAUDE PLANTE
La Tribune

Le projet de modernisation du secteur de la cour à bois totalise près de 37 millions $, un investissement qui avait été annoncé plus tôt cette année. Celui-ci consiste notamment à mettre en place une chaîne de transformation du « bois rond multilongueur de quatre à 26 pieds ».

La démarche permettra à l’usine d’augmenter sa consommation de bois de trituration en provenance du Québec de 200 000 mètres cubes par année d’ici à 2022, de sécuriser à long terme son approvisionnement en fibres, de réduire son empreinte environnementale et de préserver de nombreux emplois.

Ces projets s’inscrivent au cœur même d’une stratégie visant l’amélioration de la compétitivité de l’entreprise.

Le gouvernement du Québec alloue, dans le cadre du Programme Innovation Bois, une somme totale de 1 075 000 $ à Domtar.

Le gouvernement du Québec participe également, à hauteur de 75 000 $, au financement d’une étude de préfaisabilité évaluée à 140 000 $ pour l’implantation d’une bioraffinerie sur le site de l’usine à Windsor.

L’investissement de Domtar s’inscrit en droite ligne avec les orientations du Forum Innovation Bois et du Plan de travail Innovation Bois, annonce le gouvernement québécois. Parmi les grands enjeux de l’industrie des produits forestiers alors établis, la modernisation des équipements représente un élément clé pour accroître la rentabilité et l’efficience des usines.

« Je suis convaincu que les visées de Domtar pour son usine de Windsor auront des répercussions positives sur ses performances, mais également sur l’ensemble de l’industrie », affirme Luc Blanchette, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, dans un communiqué de presse.

« La filière québécoise des produits forestiers doit continuer de se renforcer pour être en mesure de relever les importants défis d’aujourd’hui et de demain. »

Pour Karine Vallières, députée de Richmond, des initiatives « comme celles que nous appuyons aujourd’hui sont à la fois le reflet du dynamisme de notre région et du leadership qui règne au sein même de l’industrie ».

Rappelons que le président et chef de la direction de Domtar Corporation, John D. Williams, confirmait en avril la construction du bioparc à Windsor à la suite de son discours prononcé devant les membres du Cercle canadien de Montréal. Il ajoutait qu’il y avait quelque chose à développer autour des biomatériaux avec l’entreprise CelluForce située sur les terrains de l’usine de Windsor et dont fait partie Domtar.

Plusieurs projets autour de Domtar

Plusieurs projets autour de Domtar

Plusieurs projets verront éventuellement le jour à l’usine Domtar de Windsor, bien que la direction ne confirme rien officiellement. Pourtant, l’annonce de la construction d’un bioparc autour de l’usine ne laisse présager que du bon, autant pour la direction que pour le Syndicat des pâtes et papiers de Windsor.

« Plusieurs projets sont en développement dont celui de transformer la fibre en plusieurs bioproduits. Déjà, des projets structurants sont et seront mis sur pied comme TG2 et l’aménagement de la cour à bois en 2019. Des projets qui concernent l’usine de pâte sont en développement. Je ne peux élaborer davantage sur le sujet puisque des discussions sont présentement en cours avec différentes compagnies », affirme Éric Ashby, directeur général de l’usine Domtar de Windsor, actuellement à l’extérieur du pays.

La fibre de bois est, selon lui, le produit du futur et les investissements prévus à Windsor assurent la pérennité de l’usine. « On regarde plusieurs projets, mais nous n’annonçons rien officiellement pour le moment. Nous sommes actuellement à l’étape préliminaire. Toutefois, les plus récentes annonces prouvent que nous travaillons à la pérennité de l’usine de Windsor en la modernisant et en diversifiant les produits », ajoute le directeur.

Du côté du Syndicat des pâtes et papier de Windsor, on espère que les futurs projets de Domtar augmenteront le nombre d’emplois. « Le projet de bioparc est à l’étude et on est satisfait que la compagnie désire axer ses actions vers le développement. Avec la concrétisation du bioparc, si de nouvelles usines se construisent autour, il serait intéressant de s’y greffer et ainsi créer de nouveaux emplois », espère Marc Frappier, président du syndicat.
Parmi les projets à venir, notons la transformation de la lignine, un produit du bois qui servirait à fabriquer autre chose que du papier.« L’usine est en pleine progression avec de nouveaux projets, ce qui consolide les emplois et rassure les employés. L’usine de nanocellulose se remet en fonction. Cela ne créera pas de nouveaux emplois. Nous rappellerons seulement les gens ayant de l’expertise dans le domaine et qui travaillent actuellement dans l’usine », explique le président syndical en ajoutant que « les relations avec la direction sont bonnes et nous désirons que ça se poursuive ».
source: Article complet La tribune Julie Lupien ICI 
Domtar construira un bioparc à Windsor

Domtar construira un bioparc à Windsor

L’annonce de Domtar concernant la construction d’un bioparc autour de son usine de Windsor est une bonne nouvelle pour des élues de la région, bien que le projet soit encore à l’étape préliminaire. La biomasse générée par la papetière sera transformée en biomatériaux comme la cellulose nanocristalline qui, elle, pourrait jouer un rôle important dans l’avenir de l’industrie forestière.
Le président et chef de la direction de Domtar Corporation, John D. Williams, pense qu’il y a quelque chose à développer autour des biomatériaux avec CelluForce, une coentreprise dont fait partie Domtar et qui est située à Windsor.
C’est ce qu’il affirmait à la suite d’un discours présenté aux membres du Cercle canadien de Montréal la semaine dernière.  Sans préciser le montant de l’investissement que nécessitera la création du parc, M. Williams indiquait que ce projet réunirait en un seul endroit l’expertise requise pour transformer la biomasse en biomatériaux.

La mairesse de Windsor, Sylvie Bureau, voit d’un bon œil le projet de bioparc à l’usine de Windsor. « Domtar fait preuve de bonne volonté dans sa manière de fonctionner en tenant compte de l’environnement. De disposer de leur biomasse de façon écologique est une suite logique à l’utilisation de la nouvelle turbine-alternateur pour réutiliser l’énergie engendrée par l’usine ainsi que l’aménagement de la cour à bois », a-t-elle dit.

L’élue municipale retient également que l’annonce du projet de bioparc assure la pérennité de l’usine à Windsor. « Ce projet assure une continuité. C’est très positif pour la ville et pour les sous-traitants qui sont sollicités à participer aux projets initiés par Domtar. »

La députée de Richmond, Karine Vallières, salue pour sa part « l’initiative et l’aspect novateur de Domtar ».

« Les projets de l’entreprise sont à la base réalisés dans l’optique d’une économie circulaire. Ce projet de transformation de la biomasse vient consolider les emplois et en créer d’autres, ce qui assure le futur de l’usine à Windsor », a-t-elle affirmé.

Mme Vallières ajoute que « Domtar crée et utilise des ressources renouvelables et c’est tout à son honneur. La compagnie améliore ses pratiques environnementales et réduit, par le fait même, son empreinte environnementale. Ce projet ne laisse entrevoir que du bon ».

La papetière Domtar de Windsor est la principale industrie de la municipalité. Domtar Corporation est le plus grand fabricant intégré et distributeur de papiers fins non couchés en Amérique du Nord.

source: La Tribune Julie Lupien