mercredi , janvier 17 2018
Accueil / Actualités / Les gens d’affaires du Vermont fondent beaucoup d’espoir en Trump

Les gens d’affaires du Vermont fondent beaucoup d’espoir en Trump

SHERBROOKE —Alain Goupil, La Tribune

L’avocat criminaliste Jean-Pierre Rancourt vit au Vermont depuis 20 ans. Détenteur de la double citoyenneté, il fait régulièrement la navette entre le Canada et les États-Unis. Quel impact a pu avoir l’élection de Donald Trump dans la vie de tous les jours des résidents qui habitent le long de la frontière canado-américaine? « À la frontière comme telle, les changements les plus importants on les a surtout connus en 2001, après les attentats du 11 septembre, indique Me Rancourt. Aujourd’hui, quand je passe à la frontière, je n’ai plus de problème, les douaniers me connaissent et ça va assez bien… »

Même s’il est un peu fou sur les bords, les gens voient que la Bourse va bien, que l’économie va bien, alors ils espèrent » pouvoir en profiter. — Jean-Pierre Rancourt

Lors de l’élection présidentielle de 2016, Donald Trump n’a recueilli que 30 % des voix parmi les électeurs du Vermont, contre 57 % pour sa rivale démocrate Hillary Clinton. Mais ces résultats doivent être nuancés, selon Jean-Pierre Rancourt. À son avis, les Vermontois sont plutôt divisés en deux camps lorsqu’il est question de l’actuel président des ÉtatsUnis. D’un côté, la communauté d’affaires, qui a largement voté en faveur de Trump, et le reste de la population.

« Ici, les gens d’affaires trouvent que l’État du Vermont s’approprie beaucoup de privilèges et de pouvoirs en adoptant toute sorte de lois qui finissent par coûter cher en taxes et en impôt », observe l’avocat, qui est lui-même propriétaire ou copropriétaire de trois commerces comptant 150 employés dans la petite municipalité de Newport.

« En votant pour Trump, les gens d’affaires ont fondé beaucoup d’espoir en lui. Ils se disent qu’il va diriger le pays comme une business et que ça va les aider à pouvoir faire de la business sans être égorgé par toutes les taxes », poursuit JeanPierre Rancourt.

« Même s’il est un peu fou sur les bords, les gens voient que la Bourse va bien, que l’économie va bien, alors ils espèrent pouvoir en profiter. »

Sans être le principal sujet de discussion entre citoyens, les pourparlers entourant le traité de libre-échange Canada-États-UnisMexique représentent néanmoins une source d’inquiétude, selon Jean-Pierre Rancourt.

« Lorsqu’on lit ou qu’on écoute les reportages sur le sujet, on se rend compte qu’il y a une rupture entre les États-Unis et le Canada, par rapport à avant. On sent que ça inquiète certaines personnes. Quelqu’un comme moi qui possède la double citoyenneté, je suis inquiet de voir comment les États-Unis traitent le Canada au chapitre du libre-échange. Quelles répercussions ça va avoir? »

source: Alain Goupil, La Tribune

À propos Bianca Battistini

Voir aussi

Plainte du Canada à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC); Une bombe!

Les disputes commerciales ont repris de plus belle entre le Canada et les États-Unis, laissant …