samedi , novembre 18 2017
Accueil / Actualités / Notre partenaire, le cabinet Lavery, se prononce sur les conséquences de l’Intelligence Artificielle (IA)

Notre partenaire, le cabinet Lavery, se prononce sur les conséquences de l’Intelligence Artificielle (IA)

La Maison régionale de l’industrie est au service de ces membres manufacturiers mais quelques membres sont des partenaires dont le cabinet Lavery.  Des experts du laboratoire juridique de Lavery sur l’intelligence artificielle ont partagé ce message sur Manufacturiers Exportateurs du Qc: 

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE À L’ÈRE DE L’INDUSTRIE 4.0 :
OPPORTUNITÉS À SAISIR ET EMBÛCHES À ÉVITER

Par Jean-Sébastien Desroches et Daphnée Anctil,
du Laboratoire juridique Lavery sur l’intelligence artificielle

De plus en plus d’entrepreneurs s’interrogent sur les conséquences, positives et négatives, que pourraient avoir l’intelligence artificielle sur leur entreprise. Et on ne parle pas ici des évolutions technologiques comme celles que l’on voit dans les films de science-fiction, mais bien des évolutions réelles et anticipées sur lesquelles plusieurs travaillent actuellement visant à permettre à divers systèmes et logiciels d’apprendre et de s’améliorer comme les humains et de réaliser des tâches plus rapidement, et avec plus de précisions, que les humains.

L’expression « Industrie 4.0 » réfère à cette quatrième révolution industrielle mise en branle par les nouvelles technologies qui permettent    « la connectivité des données et des objets entre eux » (Feuille de route – Industrie 4.0, Ministère de la science, de l’économie et de l’innovation).

Concrètement, cette révolution est susceptible d’amener une personnalisation accrue des produits et des services ainsi qu’une intégration verticale et horizontale plus poussée des réseaux et des systèmes qui relient l’entreprise manufacturière, d’une part, à ses fournisseurs, ses clients et aux consommateurs ultimes, d’autre part. L’avantage premier d’intégrer l’ensemble des processus d’une entreprise manufacturière est l’augmentation de la productivité ainsi qu’une meilleure utilisation des ressources, qu’elles soient financières, humaines, techniques ou opérationnelles.

L’objectif de réaliser un produit plus rapidement, plus efficacement, avec moins d’erreurs et une qualité accrue est bien sûr attrayant et souhaitable. Tout porte à croire que les applications d’intelligence artificielle, notamment celles qui découleront du virage numérique amorcé il y a quelques années ou encore celles qui résulteront de la capacité de traiter en un temps record un nombre étonnant de données, et qui seraient intégrées de manière efficace dans les processus d’une entreprise manufacturière, deviendront à court ou moyen terme indispensables pour permettre à une entreprise de demeurer compétitive dans son industrie.

Or, toute transformation significative des processus d’affaires, surtout si elle survient dans un court laps de temps, amène invariablement des conséquences juridiques et pratiques qu’un entrepreneur ne doit pas prendre à la légère.  En effet, cette industrie 4.0 présuppose un gain d’autonomie de la machinerie et des équipements utilisés dans la production manufacturière qui influencera la responsabilité juridique entre l’entreprise manufacturière et ses fournisseurs, sous traitants, employés, clients et consommateurs ultimes.

Par exemple, les processus d’analyse des données, de contrôle de qualité, de personnalisation des produits, de création de propriété intellectuelle, d’accès et d’usage des renseignements personnels, ainsi que la rapidité dans l’analyse et la génération de données et d’informations seront tous des aspects susceptibles de menacer l’équilibre juridique entre les droits, les responsabilités et les obligations
d’une entreprise manufacturière et des divers intervenants dans sa chaîne de production.

Sur le plan juridique, il est actuellement difficile de déterminer si des changements aux lois et règlements seront mis en place ou même requis. Dans l’intérim, les entreprises se doivent, afin de minimiser les risques associés aux changements anticipés avec l’intelligence artificielle, d’apporter une attention particulière à la détermination des droits et obligations des parties prenantes à leurs processus tout en
tenant compte des enjeux propres à leur industrie.

 

À propos Bianca Battistini

Voir aussi

Motrec procède au lancement d’un camion-grue MX-480 qui facilitera la vie des opérateurs!

Ce design compact fait place à une grue extensible orientée vers l’arrière et à quatre …