1.855.675.6500

REVUE DE PRESSE- JOURNAL LA TRIBUNE journalistes Jacynthe Nadeau et Claude Plante (photo Michelle Boulay)

 

SHERBROOKE – L’entreprise sherbrookoise FilSpec serait sur le point d’être achetée par la Drummondvilloise Textiles Monterey.

La Tribune a appris que des négociations sont en cours et qu’une annonce pourrait survenir d’ici la reprise des opérations après les vacances estivales.

Les emplois à l’usine de la rue Burlington, qui abrite aussi le siège social de l’entreprise, ne seraient toutefois pas menacés, selon les informations obtenues.

Le président du conseil d’administration de FilSpec, Ronald Audet, a confirmé qu’il y avait des discussions avec des acheteurs potentiels, mais il a refusé de commenter le dossier, tandis que la haute direction de l’entreprise n’a pas rappelé La Tribune.

Dans un entretien téléphonique récemment, le propriétaire de Monterey Textiles à Drummondville, Gilles Desmarais, a laissé entendre qu’une transaction était en préparation, tout en demandant plus de temps pour réagir.

Des appels laissés à son bureau au cours des derniers jours sont demeurés sans réponse.

Monterey se spécialise dans les tissus de protection techniques pour pompiers, agents d’escouades anti-émeute, travailleurs du domaine pétrolier et soudeurs. L’entreprise exporte ses produits partout dans le monde, indique son site ijnternet.

Environ 80 % des commandes en gros sont destinées au marché américain.

Bureau en Europe

La dernière année a été marquée chez FilSpec par l’ouverture d’un bureau en Europe, et par le lancement de l’entreprise FilAmericas en copropriété avec le filateur mexicain Hilaturas Los Angeles.

En entrevue avec La Tribune en juillet dernier, le président Eric Perlinger expliquait que FilSpec était engagée dans un virage 4.0 prometteur pour améliorer sa production et développer de nouveaux produits.

La crise de la COVID-19 a certes amené certaines opportunités pour l’entreprise qui développe des fils techniques à haute valeur ajoutée qu’elle vend à des entreprises partenaires partout dans le monde. «Mais ce ne sont pas tous nos fils qui se qualifiaient pour les besoins essentiels, loin de là», précise aussi M. Audet.

Aux dernières nouvelles, FilSpec comptait plus de 300 employés, dont 175 travaillent toujours à Sherbrooke. L’entreprise exporte 90% de sa fabrication en Amérique latine, Europe et Asie. À court terme elle planifiait l’ouverture de bureaux en Turquie, en Colombie et au Japon.

FilSpec est une entreprise privée qui compte une coopérative d’employés parmi ses actionnaires. L’entreprise créée en 2004 est actuellement fermée comme à l’habitude pour les vacances de la construction.

Source: (article complet) La Tribune-