1.855.675.6500
American Biltrite crée un plancher aux couleurs du Québec

American Biltrite crée un plancher aux couleurs du Québec

Un de nos membres industriels se retrouvent dans l’actualité aujoud’hui à LA TRIBUNE OÙ NOUS sommes également membres-abonnés.
American Biltrite a redoublé d’efforts dans les derniers mois pour répondre à une demande du premier ministre François Legault. L’entreprise sherbrookoise lance ainsi cette semaine de nouveaux couvre-planchers aux couleurs du Québec et espère du même coup percer le marché québécois.

« Il a lancé un petit défi aux manufacturiers, explique Jean-Pierre Benoit, vice-président corporatif et directeur général d’American Biltrite Canada. Premièrement de participer aux appels d’offres et de mettre en marché des produits aux couleurs du Québec. Le bleu du Québec est un bleu très précis. On s’est mis au travail pour reproduire cette couleur. »

Concrètement, il s’agit du lancement de la collection Bleu Québec 293C pour les couvre-planchers ABPURE Nfuse et Texas Granite et les girons de marches Marathon faits au Québec. Le Pantone 293 est la couleur officielle du Québec. Ce n’est toutefois pas si simple de créer des produits et de retrouver le même bleu que sur le drapeau.

« L’ordinateur nous place la couleur et arrive avec une formule, mais c’est rare que la formule donne le bon résultat, explique Lora Di Fabio, directrice en conception de produits. Il y a énormément de facteurs et le lustre nous joue des tours. C’est l’humain qui va dire à la machine de mettre un peu plus de jaune ou un peu moins de vert. Après deux ou trois essais, on y arrive. La machine ne nous a pas remplacés encore ! »

M. Benoit souligne qu’il y a une opportunité pour lancer ce nouveau produit en ce moment. La loi 66, adoptée en décembre dernier, vise à accélérer 181 projets d’infrastructure comme des écoles ou des maisons des aînés en réduisant notamment les délais des évaluations environnementales.

« C’est notre domaine d’affaires, notre sweetspot, indique M. Benoit. On fait des planchers presque exclusivement pour ce type d’édifice. Ça va dans les corridors, les classes ou les cafétérias. Les planchers vont aussi dans les salles d’opération dans les hôpitaux. »

Cinq écoles de Sherbrooke font notamment partie de ce projet de loi. Une nouvelle école primaire sera également construite dans le secteur Ascot d’ici quelques années.

« On vise ça au niveau très local, ça serait le fun ! », indique M. Benoit.
Le couvre-plancher d’American Biltrite pourra se retrouver dans les écoles de la province.

Plus bas soumissionnaire

Ironiquement, le marché québécois n’est pas le plus fort pour l’entreprise de la rue Bank.

« On vend nos planchers presque partout sur la planète, souligne le directeur général. On vient de débuter en Asie et on est en Europe depuis des années. On est aussi en Australie et en Nouvelle-Zélande. On en a plus à l’extérieur du Québec. De là notre souhait que les ministères soient intéressés par notre nouveau produit. »

La règle du plus bas soumissionnaire entrave toutefois les efforts de l’entreprise centenaire.

« Au Québec, la règle du plus bas soumissionnaire est plus forte qu’ailleurs, explique M. Benoit. Je dirais même qu’elle est appliquée à l’aveugle de peur de se faire critiquer. Ça fait que dans les édifices publics, c’est beaucoup du plancher asiatique. »

« Comme bien d’autres manufacturiers, j’invite les ministères à simplement mettre la spécification Québec, poursuit-il. En ce moment, les firmes d’architectes spécifient un produit asiatique qui a déjà été utilisé dans le passé et oblige les manufacturiers du Québec à imiter ce produit-là parce que c’est la base de spécification. S’ils font le contraire et offrent le contrat partout dans le monde, mais spécifient un produit du Québec et forcent les autres à l’imiter, on va gagner je vous l’assure. »

Déjà, on peut observer quelques changements selon M. Benoit.

« On a eu des contrats pour quelques écoles, dont une à Sept-Îles, résume-t-il. C’est la première fois qu’on est spécifié. Quelqu’un quelque part a entendu notre message. On vient de gagner l’hôpital de Calgary. Ils demandaient dans l’appel d’offres où était fabriqué le produit. Certains produits fabriqués en Chine peuvent être appelés produit local parce qu’il y a une place d’affaires à Montréal avec deux employés. C’est pour ça que “Fabriqué au Québec” est différent de l’achat local. »

Le bleu du plancher est le même que l’on retrouve sur le drapeau du Québec.
MI Protection, une division de MI Intégration fait l’acquisition des droits du respirateur DORMA99

MI Protection, une division de MI Intégration fait l’acquisition des droits du respirateur DORMA99

Sherbrooke, Québec, 21 juin 2021 – MI Protection, une division de MI Intégration, annonce avoir complété l’acquisition de tous les droits sur le respirateur Dorma99 réutilisable, dont l’équipe du Dr Caissie avait piloté la conception et la fabrication. Ce masque N95 est le plus performant et le plus écologique, et il est 100 % fabriqué au Québec. Près de 120 000 unités de ce produit ont été commercialisées afin de mettre fin à la pratique des masques jetables en offrant aux usagers une expérience confortable et de qualité avec un produit recyclable et qui répond aux besoins des établissements de soins de santé et des entreprises et des organisations qui recherchent une protection maximale pour leur personnel.

« Notre division MI Protection vise à augmenter notre autonomie collective en développant, au Québec, une expertise de pointe en conception et fabrication de matériel de protection spécialisé pour la santé publique, les hôpitaux, les CHSLD, les RPA et toutes les organisations qui doivent protéger l’environnement sanitaire de leurs employés dans le cadre de leurs activités, » a déclaré Vincent Houle, président de MI Protection. « Le respirateur Dorma99 est un excellent produit dont nous allons poursuivre le développement afin d’en améliorer toutes les caractéristiques et les pratiques d’utilisation au bénéfice des usagers et dans une perspective d’économie circulaire ».

Le respirateur Dorma99 est un produit qui, en plus d’offrir une protection optimale grâce à son étanchéité et à son filtre performant qui bloque 99 % des particules, se distingue en permettant :

  • Une respiration facile : sa surface filtrante est trois fois plus grande que celle du masque N95 standard.
  • Une clarté de parole : la forme de la coquille accentue la voix, ce qui facilite la communication et la paroi translucide permet de voir partiellement les expressions faciales.
  • Une meilleure ergonomie : le masque a été conçu par un spécialiste maxillo-facial, à l’aide de thermoplastique biocompatible qui est plus confortable sur le visage. Il comporte également des sangles ajustables, ce qui permet d’éviter la création de buée dans les lunettes et les visières.
  • Un usage multiple simplifié : le masque peut être désinfecté un minimum de 50 fois et est muni d’un système de traçabilité par code QR.
  • Une responsabilité écologique :  entièrement recyclable, ce masque est une solution alternative durable aux masques jetables et diminue considérablement la quantité de déchets.

Vidéo sur le masque respirateur Dorma99 : youtu.be/VnePHl0agOM

Aucun texte alternatif pour cette image

Ses différentes caractéristiques en font un outil de premier choix pour les milieux de travail exigeant et à risque, tel que le milieu de la santé et les milieux industriel et de la construction. En effet, le respirateur Dorma99 réduit les absences pour maladie et fatigue professionnelle, facilite les échanges avec les patients, les citoyens et entre collègues, augmente le confort et la performance des travailleurs, permet une utilisation prolongée, diminue le volume des déchets et favorise l’économie circulaire.

Supportée par des partenaires scientifiques et des professionnels de la santé, l’équipe multidisciplinaire de MI Protection entend poursuivre le développement et la commercialisation du respirateur Dorma99 et élargir sa gamme de produits de protection au cours des prochaines années, en s’associant à des partenaires financiers pour soutenir sa croissance.

À propos de MI Protection

MI Protection est une division de MI Intégration qui a pour mission de créer et fabriquer des produits durables et performants qui protègent la santé et améliorent la sécurité des personnes dans tous les milieux présentant des risques sanitaires, incluant les milieux des soins de santé, de la construction, des services municipaux, etc. Pour information : mi-protection.com

À propos de MI Intégration

Depuis plus de 30 ans, MI Intégration est un chef de file dans la conception et la fabrication de moules et de moulage par injection, principalement pour les systèmes d’étanchéité automobile et équipements de protection pour le secteur de la défense. Le département de recherche et développement a été mis en place il y a plus de 10 ans afin d’augmenter l’expertise en ingénierie pour développer des produits plus performants, durables et qui optimisent la chaîne de valeurs. Pour information : mi-integration.com/

Autre lien du communiqué de presse: MI Protection acquiert le respirateur Dorma99 réutilisable – Le masque N95 le plus performant (newswire.ca)

Pour information, veuillez communiquer avec:

Daniel Granger T. (514) 840-7990 C. (514) 232-1556 daniel.granger@acjcommunication.com

Charlotte Blanche T. (514) 914-0593 c.blanche@acjcommunication.com

Maude Charest -Coordonnatrice communication marketing MI Protection maude.charest@mi-integration.com

Investissement de 25 M$ dans un projet d’intelligence artificielle à l’usine Produits Kruger de Sherbrooke

Investissement de 25 M$ dans un projet d’intelligence artificielle à l’usine Produits Kruger de Sherbrooke

Communiqué de presse

Produits Kruger S.E.C., premier fabricant de produits de papier tissu au Canada, a annoncé aujourd’hui un investissement de 25 M$ à sa nouvelle usine de Sherbrooke pour l’implantation d’un jumeau numérique de sa chaîne d’approvisionnement qui utilisera des données en temps réel, combinées à des fonctions d’intelligence artificielle (IA), pour accroître l’agilité et l’efficacité opérationnelle de l’usine.

Soutenu par Scale AI, la supergrappe canadienne d’intelligence artificielle, avec l’appui financier des gouvernements du Canada et du Québec, le projet a été annoncé dans le cadre d’une
conférence de presse tenue aujourd’hui en présence de l’Honorable Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et députée de Compton-Stanstead, et de Mme Élisabeth Brière,
secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues officielles et députée de Sherbrooke, toutes deux représentant l’Honorable François-Philippe Champagne, ministre de
l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, ainsi que de Mme Geneviève Hébert, whip adjointe du gouvernement du Québec et députée de Saint-François, de M. Steve Lussier, maire de Sherbrooke, de
Mme Nicole Bergeron, présidente du comité exécutif de la Ville de Sherbrooke et conseillère municipale de l’arrondissement de Brompton, de M. Julien Billot, directeur général de Scale AI, et de M. Patrice Bégin, directeur général de l’usine Produits Kruger de Sherbrooke.

Mise en service avec succès en février dernier, l’usine de Sherbrooke est un établissement à la fine pointe de la technologie, doté de la machine à séchage à air traversant (TAD) la plus imposante et la plus évoluée au Canada, ainsi que de systèmes et d’infrastructures déjà conçus pour l’intégration de fonctions d’intelligence artificielle. Grâce à l’investissement de 25 M$ annoncé aujourd’hui, Produits Kruger pourra maximiser le potentiel de l’IA afin d’optimiser toute sa chaîne d’approvisionnement, de l’achat des matières premières jusqu’à la livraison des produits finis aux clients.

Ce projet d’avant-garde ouvrira la voie au déploiement futur de l’IA dans l’ensemble des infrastructures manufacturières de Produits Kruger. Par le biais de Scale AI, le ministère canadien de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie contribue 5,6 M$ au projet, tandis que le ministère québécois de l’Économie et de l’Innovation y investit 1,1 M$, pour une contribution totale de 6,7 M$. Le projet sera réalisé en partenariat avec Osedea, Dataperformers et BCG, avec la participation de chercheurs de Polytechnique Montréal et de l’Université Laval.

« Après avoir investi 575 M$ pour construire l’usine de papier tissu la plus moderne au Canada, Produits Kruger pousse l’innovation encore plus loin et ajoute 25 M$ en intelligence artificielle, ce qui porte à 600 M$ le total des investissements pour cette usine. Le recours à l’IA pour accroître le rendement de nos opérationsaura également pour effet d’améliorer notre performance en développement durable tout en
nous permettant de servir nos clients et consommateurs encore plus efficacement », a déclaré Dino Bianco, chef de la direction de Produits Kruger S.E.C. « Grâce à la vision de nos partenaires et à l’appui que nous avons reçu des gouvernements du Canada et du Québec, notre usine de Sherbrooke va encourager des pratiques plus innovantes dans notre industrie. »

« La supergrappe Scale AI du Canada accélère l’adoption de l’intelligence artificielle de pointe pour aider les entreprises à se démarquer sur la scène internationale, a déclaré la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, l’honorable Marie-Claude Bibeau. Pour nous, il est clair que le leadership du Canada en matière d’IA peut avoir un effet positif sur notre reprise économique dans tous les secteurs. Scale AI sert de point de ralliement pour les grandes entreprises, les entreprises en démarrage innovatrices et les chercheurs. Elle vise à établir une chaîne d’approvisionnement plus concurrentielle qui met à profit des solutions d’IA et crée de bons emplois pour les Canadiens. »

« L’intelligence artificielle transforme nos façons de vivre, de travailler et de faire des affaires. Scale AI exploite cet avantage concurrentiel en faisant progresser des projets novateurs et collaboratifs, comme ceux que nous annonçons aujourd’hui. L’objectif ici est de créer une chaîne d’approvisionnement plus résiliente, tout en renforçant le leadership mondial du Canada en matière d’intelligence artificielle, a déclaré le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, l’honorable François Philippe Champagne. Je suis heureux de voir que Scale AI appuie des entreprises qui veulent tirer profit de cette nouvelle technologie de manière responsable et pour le bien des Canadiens. »

« Quelle joie de voir des partenaires de tous les coins du pays s’unir en si grand nombre sous la gouverne de Scale AI au profit des Canadiens d’un océan à l’autre », a déclaré la secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des langues officielles, Élisabeth Brière. « Nous voyons avec les projets annoncés aujourd’hui que l’intelligence artificielle n’est pas seulement pour les grands centres urbains, elle peut aussi être mise à profit par des entreprises de toutes tailles dans tous les secteurs de l’économie. »

« L’annonce d’aujourd’hui confirme le bien-fondé de la supergrappe Scale AI, pour laquelle le gouvernement du Québec a annoncé, en 2018, des investissements de 60 M$ sur cinq ans. Notre objectif est d’optimiser les chaînes d’approvisionnement de tous les secteurs d’activité grâce à l’intelligence artificielle. Pour Produits Kruger, ce projet représente l’occasion de devenir une référence dans l’adoption
de l’intelligence artificielle au sein de l’industrie des pâtes et papiers. Pour le Québec, c’est une corde de plus à son arc afin de devenir un leader dans ce domaine de pointe, où nos chercheurs excellent depuis déjà de nombreuses années », a déclaré Mme Geneviève Hébert, whip adjointe du gouvernement du Québec et députée de Saint-François.

« Le projet innovant et ambitieux de Kruger d’intégrer l’IA au fonctionnement et aux processus d’approvisionnement de son usine de Sherbrooke est un formidable témoignage de la transformation technologique en cours au Québec et au Canada. On sent que de plus en plus d’entreprises comprennent l’impact positif de l’IA sur leur productivité, assurant leur compétitivité et leur croissance à long terme », a souligné Julien Billot, directeur général de Scale AI. « Dans ce contexte, nos investissements contribuent à éliminer les obstacles qui pourraient freiner l’adoption de l’IA au Canada et à accélérer le retour à une
croissance durable. »

L’IA pour optimiser la chaîne d’approvisionnement
Le projet de jumeau numérique (digital twin) consiste à développer un modèle virtuel de la chaîne d’approvisionnement de l’usine et à utiliser des données en temps réel auxquelles seront appliquées des
fonctions prédictives et prescriptives d’IA pour accroître la performance globale de l’usine. Le recours à l’IA apportera des améliorations à toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement, qu’il s’agisse de l’achat des matières premières, de la planification de la production, de la maintenance des équipements, de la logistique ou encore de la gestion de risques. Parmi les autres avantages, mentionnons une meilleure empreinte environnementale grâce à la réduction des émissions de GES, une efficacité énergétique accrue et la réduction des déchets. Le projet comporte également des avantages pour les fournisseurs, les partenaires et les clients de l’entreprise par l’optimisation de la qualité des produits, de leur disponibilité et de leur compétitivité sur le marché.

À l’avant-plan de la transformation numérique de l’industrie des pâtes et papiers
L’innovation étant au coeur de leur modèle d’affaires et de leurs valeurs, Kruger et sa filiale Produits Kruger ont été à l’avant-plan de la transformation de l’industrie des pâtes et papiers au Canada. En implantant des systèmes à la fine pointe de la technologie qui font appel à l’IA, Kruger poursuit sur sa lancée en tant que chef de file de l’innovation et contribue ainsi à faire avancer les connaissances, l’expertise et les compétences dans le domaine, ce qui favorisera la transformation numérique de l’ensemble de l’industrie.

À propos de Produits Kruger S.E.C.
PK S.E.C. est le premier fabricant canadien de produits de papier de qualité à usages domestique, industriel et commercial. La Société offre aux consommateurs canadiens des marques reconnues, comme
CashmereMD, PurexMD, SpongeTowelsMD, ScottiesMD et White SwanMD. Aux États-Unis, elle fabrique les produits de marque White CloudMD, de même que plusieurs produits de marques privées. Sa division des
produits hors foyer fabrique des produits économiques de qualité et les distribue à une grande variété d’établissements commerciaux et publics. L’entreprise emploie quelque 2 700 personnes et exploite neuf
usines certifiées FSCMD (FSCMD C104904) en Amérique du Nord. (www.produitskruger.ca)

À propos de Kruger
Entreprise familiale de quatrième génération, fondée à Montréal en 1904, la société Kruger est un important producteur de papiers à usages domestiques et institutionnels; de cartonnage 100 % recyclé; d’emballages de carton ondulé; de papiers pour publications; de papiers de spécialité; d’énergie renouvelable; de biomatériaux cellulosiques; et de vins et spiritueux. Elle est également l’un des principaux recycleurs de papiers et cartons en Amérique du Nord. La société Kruger possède des établissements au Québec, en Ontario, en Colombie-Britannique, à Terre-Neuve-et-Labrador, de même qu’aux États-Unis, dans les États du Tennessee, du Maine, de New York, de la Virginie, de la Caroline du Nord et du Rhode Island. (www.kruger.com).

-30-

RENSEIGNEMENTS:  Communiqué de presse ICI 
Jean Majeau
Vice-président principal, Affaires corporatives et
communications
Kruger inc.
Tél. : 514 343-3213
jean.majeau@kruger.com

Tekna met en œuvre un nouveau système ERP.

Tekna met en œuvre un nouveau système ERP.

Tekna met en œuvre un nouveau système ERP.

Voici leur message linkedin: 

Pour soutenir notre développement rapide, nous avons lancé un nouveau système ERP depuis début juin. Le système crée de la valeur pour Tekna en :
– satisfaire nos clients (objectif premier de notre activité),
– rationaliser nos processus d’affaires (avec une communication et une transparence efficaces, éliminant le gaspillage),
– motiver nos employés (avec des rôles clairs et des transactions efficaces) et
– responsabiliser nos managers (avec des indicateurs vitaux sur la performance de l’entreprise).

Le PDG Luc Dionne: « Je tiens à souligner les efforts de toute l’équipe de Tekna qui ont abouti à ce magnifique Go-Live sans faille, un grand merci a tous! Il s’agit d’une étape importante dans la gestion simultanée de notre croissance dans plusieurs secteurs d’activité.

Le succès de Tekna dans cette initiative de mise en service a été fait avec la grande aide de nombreux partenaires commerciaux tels que Groupe conseil ERA / ERA Consulting GroupPaie PartenaireArchetyp Technologies et notre éditeur ERP, Oracle NetSuite.

COVID-19 : les entreprises manufacturières subissent des impacts majeurs mais réagissent en conséquence

COVID-19 : les entreprises manufacturières subissent des impacts majeurs mais réagissent en conséquence

Communiqué de presse reçu suite à la publication du rapport BAROMÈTRE INDUSTRIEL du STIQ: 

Les données de la 12e édition du Baromètre industriel québécois* démontrent que le secteur manufacturier québécois a été très affecté par la pandémie durant l’année 2020. Plusieurs variables mesurées périodiquement au cours des dernières années ont été affectées de façon importante, alors que certaines autres sont demeurées constantes malgré une situation économique difficile. Face à la situation, les PME manufacturières ont su s’adapter en général et certaines en ont même tiré avantage.

Une démonstration d’agilité de la part des entreprises Les entreprises manufacturières ont subi plusieurs conséquences importantes générées par la pandémie. La baisse du chiffre d’affaires, le report de commandes et la baisse des marges bénéficiaires ont affecté entre la moitié et les deux tiers des entreprises. La baisse des liquidités et l’augmentation des stocks font également partie des impacts ressentis. En réaction, entre 28 % et 45 % des PME ont retardé certains de leurs projets d’amélioration ou d’investissements en équipement ou en technologies numériques.

En revanche, il est à souligner que d’autres entreprises ont pris le chemin inverse : 22 % à 32 % d’entre elles ont devancé ces types de projets. De plus, 35 % des PME se sont adaptées en développant de nouveaux produits ou services, et 44 % de nouveaux marchés ou clients.

Les ventes et les exportations en recul, mais optimisme pour 2021 Plus d’une PME sur deux a vu ses ventes chuter en 2020 par rapport à 2019. Seul un quart d’entre elles a vu ses ventes augmenter. Ces résultats constituent un renversement net de la situation par rapport aux années précédentes.

Du côté des exportations chez nos entreprises, la proportion des ventes hors de l’Amérique du Nord a également diminué l’an dernier. Pour 2021 toutefois, huit répondants sur dix prévoient développer de nouveaux clients ou marchés. Les deux tiers planifient la réalisation d’investissements en équipements ou en immobilisations, et, plus de la moitié, le développement de nouveaux produits ou services. Les entreprises semblent donc optimistes face aux mois à venir.

Difficultés de recrutement même dans un secteur au ralenti

Du côté des ressources humaines, on constate les mêmes impacts que pour les ventes : il y a deux fois plus d’entreprises qui ont terminé l’année avec moins d’employés que d’entreprises dont le nombre d’employés s’est accru. Pourtant, paradoxalement, les enjeux de recrutement, de rétention d’employés spécialisés et de relève sont demeurés d’actualité malgré la pandémie. Le problème de recrutement de main-d’oeuvre, en particulier, est toujours aussi criant et affecte 8 entreprises sur 10. Et avec une moyenne de près de 9 postes à combler chez les répondants, le recrutement demeurera une priorité pour les entreprises en 2021. Investissements, innovation et technologies numériques

Dans un contexte difficile, une majorité d’entreprises ont réduit leurs investissements en formation, en achat d’équipements et en recherche et développement l’an dernier par rapport à la moyenne des trois années antérieures. Cependant, un fait demeure : ces investissements ont des impacts positifs sur les autres activités et les résultats des entreprises, tels que les exportations, l’innovation et l’implantation des technologies numériques. Les résultats du Baromètre industriel québécois démontrent que, dans une assez forte majorité, les entreprises ont réalisé une ou plusieurs actions innovantes. Un écart significatif dans le degré d’innovation peut cependant être remarqué selon la taille de l’entreprise. En effet, 66 % des entreprises de 100 à 500 employés ont réalisé trois ou quatre types d’innovations contre 45 % des entreprises de 10 à 19 employés. Au niveau des technologies numériques, l’interconnexion des équipements, la surveillance et le contrôle en temps réel et la maintenance prédictive sont les plus utilisés, soit par environ trois entreprises sur dix. À nouveau cette année, les résultats montrent que le degré d’intégration varie beaucoup d’une technologie à l’autre et que les plus grandes entreprises maintiennent leur avance par rapport aux plus petites en matière de virage numérique.

Malgré l’incertitude du contexte actuel, environ sept répondants sur dix considèrent l’implantation des technologies numériques comme étant une priorité très ou assez importante. « L’année 2020 a présenté son lot de défis pour nos entrepreneurs. Ils ont dû faire preuve d’agilité et de résilience pour faire face à la crise et assurer la pérennité de leur entreprise.

Dans un contexte de reprise économique, les dirigeants de PME vont reprendre ou poursuivre leurs investissements en équipements et en technologies et leur développement de marchés. Ils devront également se montrer créatifs pour faire face à la rareté de main-d’oeuvre qualifiée qui est demeurée un enjeu majeur, malgré les soubresauts de l’économie », affirme Richard Blanchet, président-directeur général de STIQ.

Pour consulter l’étude complète : STIQ.com *Le sondage de la 12e édition du Baromètre industriel québécois a été réalisé entre le 19 janvier et le 26 février 2021.

À propos de STIQ Fondée en 1987, STIQ est une association multisectorielle d’entreprises québécoises qui a pour mission d’améliorer la compétitivité des chaines d’approvisionnement manufacturières afin de favoriser l’essor de notre économie. Fort du plus grand réseau manufacturier du Québec, STIQ agit comme activateur de performance en créant des maillages fructueux et en déployant des programmes d’amélioration sur mesure. Tous les jours, depuis plus de 30 ans, STIQ est sur le terrain avec les industriels afin de les aider à développer leurs affaires et être plus compétitifs. Chaque année, l’expertise unique de STIQ bénéficie ainsi à plus de 700 entreprises oeuvrant dans les secteurs clés de notre économie, tels que l’aéronautique, le transport, les ressources minérales, l’énergie électrique et la défense et la sécurité.

En lire plus: https://www.lelezard.com/communique-19825570.html

Une entreprise aérospatiale de Sherbrooke vise la Lune

Une entreprise aérospatiale de Sherbrooke vise la Lune

Cet article est paru sur Radio-Canada le le 27 mai 2021 concernant NGC AÉROSPATIAL
Par Brigitte Marcoux, journaliste photo Yannick Cournoyer

Un peu de Sherbrooke se retrouvera sur la Lune d’ici quelques années. Le Canada travaille à envoyer un robot sur la Lune dans le cadre du projet Gateway de la NASA, et l’entreprise de Sherbrooke NGC Aérospatiale ltée sera de la mission grâce à deux technologies qu’elle a développées.

L’astromobile qui sera envoyée sur la Lune sera équipée pour pouvoir se déplacer et y ramasser des informations.

L’une des technologies développées à Sherbrooke assure[ra] de livrer une astromobile ou un atterrisseur exactement où on veut sur la Lune, mais aussi de façon sécuritaire. Donc la première technologie, c’est l’équivalent du GPS qu’on a sur notre téléphone ou notre voiture, explique Jean de Lafontaine, le président-directeur général de NGC Aérospatiale ltée.

La deuxième technologie, c’est lors de l’atterrissage, on veut éviter les obstacles. On veut éviter les pentes trop raides, les roches, les crevasses…

Une citation de :Jean de Lafontaine, le président-directeur général de NGC Aérospatiale ltée.

Testés sur la Lune

La compagnie de Sherbrooke a reçu 1,2 million de dollars pour tester sa technologie avant le jour du lancement de l’astromobile. Au cours des prochaines années, le GPS et le système de navigation seront ainsi mis à l’épreuve dans l’environnement lunaire.

Si ça fonctionne au laboratoire, on veut le tester dans le vrai environnement lunaire. On a trois possibles véhicules qui vont nous amener sur la Lune, il y a en a déjà deux avec qui on a signé […] et la troisième, on est en négociations, souligne Jean de Lafontaine.

Dans le futur, les technologies développées par NGC Aérospatiale pourraient être converties en un usage terrestre. Des drones pourraient par exemple être équipés du GPS sherbrookois pour livrer des vivres ou des médicaments dans des zones accidentées à la suite de catastrophes naturelles.

Avec les informations de Brigitte Marcoux    photo Yannick Cournoyer