jeudi , novembre 23 2017
Accueil / Actualités / Aluminium: le marché peut-il se remettre de l’offensive chinoise?

Aluminium: le marché peut-il se remettre de l’offensive chinoise?

DOSSIER ALUMINIUM – par François Normand- Les Affaires

Depuis son sommet de l’été 2008, le prix de l’aluminium a chuté du tiers pour s’établir à environ 2 140 $ la tonne en ce moment, selon ­Bloomberg. En cause : la progression rapide de la production chinoise. [Photo : Getty Images]

Nouvelle concurrence, fermetures d’alumineries, chute des prix… Depuis la récession de 2008-2009, la Chine a bouleversé le marché mondial de l’aluminium en inondant littéralement la planète de son métal blanc et en faisant chuter les prix. Un retour à la normale est improbable dans un avenir prévisible.

Une statistique est éloquente pour mettre les choses en perspective. Entre 2006 et 2015, la production mondiale d’aluminium a bondi de 68 % pour atteindre 57,2 millions de tonnes (Mt), selon une récente étude de la United States International Trade Commission (USITC). Or, de cette augmentation de 23,2 Mt à l’échelle mondiale, 92 % est attribuable à la hausse de la production en Chine. C’est dire l’ampleur de l’impact du géant asiatique sur l’industrie de l’aluminium, en quelques années seulement.

La progression rapide de la production chinoise a bien entendu eu un impact sur le prix du métal blanc. Depuis son sommet de l’été 2008, le prix de l’aluminium a chuté du tiers pour s’établir à environ 2 140 $ la tonne en ce moment, selon Bloomberg. Ce prix est supérieur à la moyenne des années 1990 et à celle de la première moitié des années 2000. Par contre, il est largement inférieur à la moyenne des 10 années qui ont suivi la récession de 2008-2009.

Les producteurs américains en pâtissent, les Canadiens résistent

Résultat? Les producteurs d’aluminium dans le monde pâtissent de cette situation, et ce, même si la demande augmente sans cesse pour ce métal, notamment dans l’industrie automobile, selon la firme d’analyse Ducker Worldwide, la référence dans l’industrie.

Au Canada, l’industrie de l’aluminium – concentrée au Québec – résiste à la chute des prix en raison de la faiblesse du huard (le prix de l’aluminium est en dollars américains) et des tarifs d’électricité avantageux, selon l’Association de l’aluminium du Canada. Les gains de productivité et les nouvelles technologies font aussi une différence.

C’est une tout autre histoire aux États-Unis. De 2001 à 2016, la production a fondu de moitié, passant de 3 Mt à 1,5 Mt par année, selon la USITC. À lui seul, le géant Alcoa – qui a trois alumineries au Québec – a dû fermer trois usines au sud de la frontière.

Comme la Chine n’exporte pratiquement pas d’aluminium chez nos voisins américains, c’est la faiblesse des prix sur les marchés mondiaux qui explique cette hécatombe, disent les spécialistes.

Il va sans dire que les Américains ont réagi aux déboires de leur industrie. En janvier 2017, quelques jours avant que Donald Trump prenne officiellement les commandes à la Maison-Blanche, l’administration de Barack Obama a porté plainte à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) contre le gouvernement chinois, qu’elle accusait de subventionner ses grandes alumineries.

Cela dit, les producteurs américains devront s’armer de patience, car l’OMC pourrait prendre trois ou quatre ans pour trancher dans ce litige entre la Chine et les États-Unis, selon des sources de l’industrie.

Lueur d’espoir à l’horizon

Depuis janvier 2016, le prix de l’aluminium a augmenté de 42 %. Et au cours des 12 derniers mois, on parle d’une hausse de 28 %. Ce redressement des cours tient en grande partie aux politiques de la Chine, qui a commencé à fermer certaines alumineries. Cette situation donne bien entendu de l’oxygène aux producteurs d’aluminium, surtout aux États-Unis.

Cependant, tous les analystes ont les mêmes questions sur les lèvres: cette tendance se maintiendra-t-elle? Et surtout, les cours de l’aluminium atteindront-ils un niveau d’au moins 2 500 $ US la tonne, soit un cours idéal aux yeux de l’industrie nord-américaine? Il faut remonter à la deuxième moitié des années 2000 et à une brève période après la récession de 2008-2009 pour observer des cours à de tels niveaux, selon Tradingeconomics.com, un site spécialisé en statistiques économiques.

Plusieurs analystes estiment que la Chine est sérieuse dans sa volonté de rééquilibrer les prix mondiaux de l’aluminium. C’est notamment le cas d’Ami Shivkar, analyste principal du marché mondial de l’aluminium chez Wood Mackenzie, à Londres. «De nombreux observateurs du marché étaient sceptiques quant à la capacité de la Chine de faire face à la surcapacité de l’aluminium. Cependant, les réductions à Weiqiao, la plus grande fonderie du monde, montrent la détermination du pays à apporter des réformes de l’offre», affirmait-il dans un récent entretien avec Les Affaires.

La Chine veut réduire la surcapacité pour trois raisons: le gouvernement désire améliorer les bénéfices des producteurs d’aluminium appartenant à l’État chinois ; Pékin veut réduire la pollution de l’air, un enjeu de plus en plus important en Chine ; et les autorités voudraient atténuer « les frictions commerciales » avec les principaux producteurs d’aluminium, au premier chef les États-Unis.

Malgré ces gestes de la Chine, les prix de l’aluminium devraient demeurer stables à court terme, selon Wood Mackenzie. Harbor, une firme américaine spécialisée dans le secteur de l’aluminium, s’attend même à ce que les prix baissent de nouveau d’ici 2020 pour atteindre des niveaux qui pourraient varier de 1600 à 1700$ US la tonne.

Pourquoi? Essentiellement parce que les inventaires mondiaux d’aluminium sont plus élevés que leur moyenne historique de huit semaines. De fait, les inventaires s’établissent à environ 16 semaines actuellement.

article au complet et dossier sur LES AFFAIRES 

À propos Bianca Battistini

Voir aussi

Bond Pet s’associe à la Fondation de la Faculté de médecine vétérinaire de l’UdeM à St-Hyacinthe

Bond Pet s’associe à la campagne de financement de la Fondation de la Faculté de …