dimanche , décembre 16 2018
Accueil / Actualités / Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, BRP a réussi à recruter des centaines de travailleurs

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, BRP a réussi à recruter des centaines de travailleurs

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, Bombardier Produits récréatifs a réussi à recruter des centaines de travailleurs pour sa production de motoneige Ski-Doo. Mais les défis demeurent nombreux dans les usines de Valcourt.
photo: archives La Tribune

« Nous avons réussi à recruter notre monde. Je dirais que l’opération a été mieux que prévue », signale Carl Beauparlant, directeur des relations de travail chez BRP. « Nous avons mené une bonne campagne de recrutement, notamment par les médias sociaux. »

« Nous avons recruté 340 personnes, dont des étudiants. D’autres s’ajouteront la semaine prochaine, ce qui portera le total à 350. Nous avons pu attirer des gens de la région, beaucoup de Sherbrooke. »

La production a débuté le 4 juin dernier comme prévu et se terminera à la fin novembre. Au début de mai, BRP a lancé son plan d’embauches en disant vouloir combler 325 emplois temporaires.

Rappelons que le service des ressources humaines de la compagnie de Valcourt a notamment offert une prime de 1000 $ à ceux qui se rendront jusqu’à la fin du mandat de 24 semaines.

On doit toutefois poursuivre le recrutement. BRP est à la recherche d’opérateurs de monte-charge pour, entre autres, alimenter en pièces les assembleurs des motoneiges. « C’est le seul enjeu qui reste », confirme M. Beauparlant à La Tribune.

« Nous devons trouver des gens déjà formés autant que possible. Nous pouvons recruter à l’interne, mais il nous faut des gens d’expérience aussi. »

La production des motoneiges Ski-Doo 2019 se fait dans des installations toutes neuves, sur une chaîne de montage ultramoderne qu’on utilise pour la première fois dans le « plan 1 » du complexe industriel. Cette « chaîne de montage intelligente » permet d’assembler des modèles de motoneige différents en même temps.

« Il a fallu former 100 pour cent de notre monde. Même les plus expérimentés. C’est un gros changement. Un gros défi », soutient M. Beauparlant.

« Nous ne produisons plus comme avant. Les modèles de motoneige changent constamment sur la chaîne de montage. Les pièces varient et arrivent près des assembleurs. C’est pour cela que nous voulons recruter des opérateurs de monte-charge. »

Source: Claude Plante, La Tribune

Voir aussi

Industrie manufacturière; Les femmes appelées en renfort

Danielle Lafond, Présidente de LABPLAS source: Nathalie Côté, La Presse+ Les entreprises manufacturières auront besoin …