1.855.675.6500
Industrie 4.0 – Un passage obligé pour accroître la compétitivité des entreprises

Industrie 4.0 – Un passage obligé pour accroître la compétitivité des entreprises

MONTRÉAL, le 24 nov. 2020 /CNW Telbec/ – Malgré les milliards de dollars que le gouvernement du Québec a injectés au cours des dix dernières années pour accélérer la transition numérique, les manufacturiers québécois n’ont toujours pas pris le virage 4.0

Ce constat est d’autant plus préoccupant dans un contexte où ces piliers de l’économie souffrent déjà d’un sérieux problème de productivité et sont affectées par la pénurie de main-d’oeuvre.

« D’où l’importance de cerner rapidement les meilleures pratiques des manufacturières qui se sont déjà engagées dans ce processus de transformation afin de mieux comprendre les avantages et autres impacts qui découlent de ces investissements et d’identifier les défis auxquels elles sont confrontées. Le but ultime de cette démarche étant d’inspirer d’autres dirigeants et de leur fournir quelques clés pour les aider à emboiter le pas », déclare Jacques Roy, professeur titulaire à HEC Montréal et auteur d’une étude publiée aujourd’hui par le Centre sur la productivité et la prospérité – Fondation Walter J. Somers (CPP).

Menée auprès d’une dizaine de manufacturières de toutes tailles, cette étude présente des cas concrets d’entreprises qui ont adopté (ou sont en voie d’adopter) des technologies propres à l’industrie 4.0 comme la robotique, l’automatisation, l’intelligence artificielle, la fabrication 3D, les données massives et la connectivité des objets. Ces manufacturières, qui opèrent dans des secteurs très variés allant de la haute technologie destinée à l’aérospatiale à des secteurs plus traditionnels comme ceux de l’alimentation et du vêtement rencontrent, en règle générale, beaucoup de succès. Elles ont toutes une vision stratégique qui repose sur l’innovation, une vision largement adoptée et soutenue par l’équipe de direction. Si les ressources financières sont parfois un frein à la réalisation de projets, ce n’est pas le principal obstacle observé.

En effet, une bonne gestion et priorisation des projets est considérée comme un des principaux facteurs de succès.

Six conseils pour réussir son virage 4.0

  1. Comme dans tout projet de transformation, l’équipe de direction doit développer la vision, exercer son leadership pour initier le changement et réaliser le virage 4.0.
  2. L’élaboration d’un plan stratégique numérique est primordial pour guider la réalisation des projets d’implantation de nouvelles technologies et établir les priorités.
  3. Il n’est pas toujours nécessaire, ni même souhaitable, de réaliser des analyses de rentabilité (ROI) très poussées. À terme, les bénéfices dépasseront largement les montants investis. C’est une question de compétitivité et même de survie.
  4. Tout doit être connecté et intégré : les machines, les employés, les matières premières, les produits finis et ce, tout au long de la chaîne logistique, qu’elle soit locale ou mondiale.
  5. Il faut apprendre à gérer et à analyser toutes ces données en temps réel afin d’optimiser la performance opérationnelle de l’entreprise.
  6. Avant d’automatiser ou de robotiser un procédé manufacturier, il faut impérativement s’assurer qu’il soit sous contrôle et même optimisé. Il en va de même pour les tâches administratives. Étude du CPP – Manufacturier 4.0 : dynamiser l’activité manufacturière au Québec – Septembre 2019

« Comme l’objectif global est d’améliorer la productivité des entreprises et, conséquemment, la compétitivité de notre secteur industriel, les gouvernements auront donc tout intérêt à accompagner les manufacturières dans leur quête de l’industrie 4.0. En effet, les investissements requis sont importants et les retombées peuvent prendre plusieurs années avant de se traduire en bénéfices concrets. Ce constat est d’autant plus d’actualité au moment où il faut relancer l’économie en cette période de COVID-19 », conclut Jacques Roy.

Pour en savoir plus :

Rapport L’industrie 4.0 : un virage nécessaire pour améliorer la compétitivité des entreprises canadiennes.

À propos du Centre sur la productivité et la prospérité – Fondation Walter J. Somers (CPP)

Le CPP mène une double mission. Il se consacre d’abord à la recherche sur la productivité et la prospérité en ayant comme principal sujet d’étude le Québec. Ensuite, il veille à faire connaître les résultats de ses travaux par des activités de transfert et d’éducation. À propos de la Fondation Walter J. Somers En hommage au fondateur de l’entreprise Walter Technologies pour surfaces, la famille Somers a mis sur pied la Fondation Walter J. Somers. À travers différents dons, la Fondation perpétue l’héritage familial d’engagement envers la communauté et contribue à la prospérité de la société québécoise, d’abord en veillant à améliorer sa productivité, mais également en appuyant l’excellence dans l’éducation des jeunes.

Pour en apprendre davantage sur le Centre, visitez le www.hec.ca/cpp ou écrivez-nous, à info.cpp@hec.ca. SOURCE HEC Montréal – Centre sur la productivité et la prospérité

NGC Aérospatiale fera la démonstration de son système de navigation autour de la Lune d’ici 2024

NGC Aérospatiale fera la démonstration de son système de navigation autour de la Lune d’ici 2024

SHERBROOKE, Québec, Canada, [30 octobre 2020] — D’ici 2024, NGC Aérospatiale démontrera la capacité et la performance de son système de navigation, basé sur la reconnaissance de cratères, à bord d’une mission d’exploration de la Lune grâce au soutien financier de l’Agence spatiale canadienne.

Afin de pallier l’absence d’une constellation GPS autour de la Lune, le système développé par NGC utilise les caractéristiques de la surface planétaire, en l’occurrence les cratères de la Lune, comme repères pour déterminer de façon autonome la position en coordonnées géographiques lunaires d’un satellite ou d’un atterrisseur planétaire. Cette technologie analyse en temps réel des images prises en orbite autour de la Lune et au cours de la descente. Sans aucune intervention humaine, elle en extrait les cratères, identifie leurs caractéristiques et les compare avec une carte préstockée de cratères lunaires qui servent de références géographiques.

« Notre système de localisation pour la Lune est analogue à un GPS sur Terre. Il prévoit augmenter la précision à l’atterrissage de plusieurs ordres de grandeur en comparaison avec les capacités actuelles » affirme Jean de Lafontaine, PDG de l’entreprise.

Jean-François Hamel, gestionnaire de projet pour cette mission, souligne que cette technologie est nécessaire pour répondre aux exigences accrues des futures missions d’atterrissage sur la Lune, missions qui demandent désormais une précision meilleure que 100 mètres.

Ce projet est réalisé avec l’appui financier de l’Agence spatiale canadienne dans le cadre du Programme d’accélération de l’exploration lunaire (PAEL). L’efficacité de cette technologie de navigation planétaire a été démontrée à l’aide d’images simulées par ordinateur et avec des essais dynamiques dans le laboratoire de NGC à Sherbrooke. Cette prochaine étape vise la démonstration de la technologie dans le véritable environnement lunaire.

AU SUJET DE NGC AÉROSPATIALE
La mission de NGC Aérospatiale est de façonner l’avenir de l’exploration autonome avec ingéniosité, savoir et collaboration. NGC conçoit et déploie l’intelligence à bord de systèmes mobiles dans le but d’accroître leur autonomie, leur performance, leur fiabilité et leur sûreté tout en réduisant leurs coûts de développement et d’opération. Les systèmes mobiles d’intérêt incluent les satellites terrestres, les orbiteurs planétaires, les atterrisseurs, les astromobiles et les véhicules aériens sans pilote. Les logiciels de navigation, guidage et commande de NGC ont cumulé plus de 40 ans d’opération sans faille en orbite terrestre et ont contribué aux technologies permettant la grande autonomie, agilité et précision des systèmes aérospatiaux de l’avenir.

— 30 —
Pour plus d’information
Andréanne Hamel
Relations médias
2995 boul. Industriel, Sherbrooke QC, J1L 2T9 Canada
+1 819 348-9483 ▪ ngc@ngcaerospace.com ▪ www.ngcaerospace.com

Waterville T.G. reçoit le prestigieux Grand Prix du fournisseur de l’Année!

Waterville T.G. reçoit le prestigieux Grand Prix du fournisseur de l’Année!

C’est avec honneur que Waterville TG a reçu le Grand Prix du Fournisseur de l’Année dans sa catégorie, lors du gala virtuel ‘2020 North America Annual Supplier Conference and Awards’ de FCA Fiat Chrysler Automobiles.

Déclaration Waterville T.G.:

« Nous tenons à remercier tous nos employés pour cet accomplissement remarquable, qui reconnaît notre engagement exceptionnel envers FCA, en fournissant des produits et services innovants et de haute qualité. Plus de détails sur cette nouvelle à venir. »

Déclaration de FCA Fiat Chrysler Automobiles:

Aujourd’hui, nous avons honoré 31 partenaires fournisseurs nord-américains pour leur engagement exceptionnel à fournir des produits et services novateurs et de haute qualité. Unique cette année, nous avons sélectionné 13 entreprises parmi les lauréates de la catégorie Innovation pour leur rôle collaboratif dans le développement du tout nouveau Uconnect 5, ce qui en fait le système Uconnect le plus avancé jamais réalisé. Voir la liste complète des lauréats: https://prn.to/35mrurm

 

AU NOM DE TOUS LES MEMBRES DE LA MRI BRAVO 

Millette et Fils, de l’innovation depuis 5 générations

Millette et Fils, de l’innovation depuis 5 générations

Revue de presse- 8 octobre- MRC du Val Saint-François- article de Pascale Roy 

Article original:  https://306v5j2kosqu2ffuv68ufraz-wpengine.netdna-ssl.com/wp-content/uploads/2020/10/Article-Milette-est-fils-vf3.pdf

MILETTE ET FILS, DE L’INNOVATION DEPUIS 5 GÉNÉRATIONS
Par Pascale Roy, coordonnatrice en économie circulaire à la MRC du Val-Saint-François

Depuis cinq générations, l’entreprise de Lawrenceville Millette et fils Ltée, fabrique des produits en bois. La longévité de cette entreprise démontre toute l’ingéniosité dont ses propriétaires ont su faire preuve afin de traverser les époques tout en se forgeant une place comme chef de file dans l’industrie manufacturière du bois.  Le tournage du bois génère une fine poussière. Celle-ci est distribuée à des
agriculteurs de la région qui l’utilisent comme litière pour les animaux afin de leur offrir un environnement propre, sec et confortable. En plus de procurer un confort additionnel aux vaches, elle réduit le frottement entre les bêtes et le sol de la logette et permet d’absorber les chocs.
Quant aux retailles de bois issus du procédé de fabrication, elles sont réutilisées de multiples façons. La majorité de ces résidus de production est récupérée par Tafisa, une entreprise de Lac-Mégantic qui conçoit des panneaux de particules décoratifs ou stratifiés faits à 100 % de fibres recyclées. L’autre partie, Millette et fils Ltée la transforme en objet d’usage courant tels que des caisses de transport pour
bouteilles, des porte-clés, des horloges, des supports à cellulaire, etc. Ce qui au premier coup d’œil semblait être un déchet est métamorphosé en objets ou matériaux de construction aux allures uniques!

L’ingéniosité, les idées révolutionnaires et la passion qui distinguent Millette et fils Ltée prennent racine dans l’esprit novateur de chacun des membres de cette équipe créative.

Vous désirez en savoir plus sur cette belle entreprise, consultez le site internet : http://milletteetfils.com/fr/accueil/

Chez Soucy Techno, la première année de service, ça se souligne !

Chez Soucy Techno, la première année de service, ça se souligne !

Revue de presse:  Notre membre de la MRI Soucy Techno valorise la reconnaissance dès la première année de travail d’un employé!  Voici un article de blogue que nous conservons ici sur notre HUB NOUVELLES de la MRI à l’intention des membres. Nous vous invitons à les visiter ICI SUR CE LIEN 

En 2020, Soucy Techno a bonifié son programme de reconnaissance des années de service de ses employés en lançant une toute nouvelle initiative.

Déployé depuis de nombreuses années, le programme de reconnaissance de l’entreprise souligne déjà les 5, 10, 15, 20, 25 années de service de ses employés, voire même plus encore pour certains d’entre eux. Il manquait toutefois à l’appel la célébration du premier anniversaire professionnel… mais c’est maintenant chose du passé !

L’entreprise a en effet décidé de mettre sur pied une initiative visant à reconnaître la première année de service de son personnel. Pour quelle raison ? Parce que 1 an de service continu dans une même entreprise ne signifie plus tout à fait ce que cela a jadis représenté. Afin de rester actuelle dans ses pratiques de ressources humaines, l’équipe de Soucy Techno a revu son processus de reconnaissance afin d’inclure cette première année.

Un brin de contexte sur la mobilité de la main-d’oeuvre 

Les générations antérieures étaient davantage préoccupées et caractérisées par leur fidélité à leur employeur et la sécurité de leur travail. Aujourd’hui, bien que ces traits soient toujours importants, l’employabilité et la mobilité des travailleurs ont pris d’assaut le marché du travail.

Qu’est-ce qui explique cette mobilité?  De multiples raisons, dont l’arrivée des milléniaux  sur le marché du travail. Ces jeunes travailleurs sont en général plus enclins à bouleverser les coutumes. Pensons ici au fait qu’ils n’hésitent pas à changer d’emploi pour voir ce qu’il y a ailleurs. Ils se font souvent approcher par de nombreux employeurs prêts à leur offrir d’autres expériences. Ils sont donc plus susceptibles d’être mobiles et conséquemment, de ne pas rester de nombreuses années au sein d’une même entreprise.

Selon Manon Poirier, directrice générale de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, les organisations qui parviennent à retenir leurs employés consacrent temps et investissement pour retenir leurs ressources à l’interne. Diverses stratégies sont mises de l’avant, et elles vont bien au-delà de la simple rémunération, comme l’offre de mesures de conciliation travail-vie personnelle, un environnement de travail agréable et stimulant et sans oublier, un programme de reconnaissance.

Une reconnaissance sous forme d’échange 

Ainsi, dans cette vision de reconnaissance et de renforcement de la relation entre l’entreprise et ses employés qui célèbrent leur première année de service, Soucy Techno propose une formule personnalisée de gratitude.

En effet, le gestionnaire de l’employé fêtant son premier anniversaire professionnel est invité à prendre un moment avec ce dernier et à échanger sur sa première année passée avec nous. Il s’agit-là d’un moment privilégié où le gestionnaire et l’employé peuvent discuter de tout et de rien, tout en tissant un lien qui va au-delà de la simple relation professionnelle. Le côté humain est très important et fait, sans l’ombre d’un doute, toute la différence dans l’appréciation de cette reconnaissance.

Le gestionnaire profite également de l’occasion pour remettre à l’employé une carte d’anniversaire personnalisée et un présent avec le logo Soucy. Notre présent est pratique, uniforme et plaît à toutes et tous : une paire de bas à l’image de Soucy qui rappelle à l’employé que « dans les hauts comme dans les bas, on est là pour toi ».

En vigueur depuis quelques mois maintenant, cette nouvelle forme de reconnaissance a déjà fait plus d’un heureux, et nous comptons bien poursuivre nos démarches pour témoigner encore davantage notre reconnaissance à nos employés!

source:  Soucy Techno- blogue 

Taux de cotisation à l’Assurance-emploi gelé au taux de 2020 pour 2021 et 2022

Taux de cotisation à l’Assurance-emploi gelé au taux de 2020 pour 2021 et 2022

Revue de presse: Communiqué de presse 

GATINEAU, QC, le 14 sept. 2020 /CNW/ – Aujourd’hui, la Commission de l’assurance-emploi du Canada (CAEC) a établi le taux de cotisation d’assurance-emploi pour 2021 à 1,58 $ pour chaque tranche de 100 $ de gains assurables pour les employés, et à 2,21 $ pour les employeurs, qui paient 1,4 fois le taux des employés. Cela demeure inchangé par rapport au taux de cotisation de 2020. Chaque année, le 14 septembre au plus tard, la CAEC est responsable de fixer le taux de cotisation annuel, selon un mécanisme assurant l’équilibre sur une période de sept ans, comme prévu par l’actuaire principale de l’assurance-emploi.

Le rapport de cette dernière sur taux de cotisation d’assurance-emploi pour 2021 et le sommaire de ce rapport préparé par la CAEC sont disponibles en ligne pour assurer la transparence et la reddition de comptes constantes du processus d’établissement du taux. L’actuaire principale a prévu que le taux d’équilibre sur sept ans serait de 1,93 $ par tranche de 100 $ de gains assurables, soit une hausse de 35 cents. La hausse prévue est principalement attribuable à une augmentation du chômage causée par la pandémie, et tient compte de la réponse du gouvernement du Canada avec la Prestation canadienne d’urgence (29 cents) et les mesures temporaires de soutien pour le retour au régime d’assurance-emploi (6 cents).

Toutefois, en raison des répercussions économiques de la pandémie de COVID-19, le gouvernement du Canada a utilisé son autorité en vertu de la Loi sur l’assurance-emploi afin de limiter temporairement à zéro la fluctuation du taux de cotisation pour geler au niveau de 2020 le taux de cotisation à l’assurance-emploi pour 2021 et 2022. En outre, le gouvernement du Canada a confirmé à la Commission qu’il créditera le Compte des opérations de l’assurance-emploi pour les coûts liés à la Prestation canadienne d’urgence. L’actuaire principale publiera une note de service en complément du Rapport actuariel 2021 sur le taux de cotisation d’assurance-emploi afin de mettre à jour les projections en fonction de ces nouveaux renseignements. La note de service sera disponible cet automne.

La CAEC a également annoncé que le maximum de la rémunération assurable augmentera, passant de 54 200 $ en 2020 à 56 300 $ en 2021. Le maximum de la rémunération assurable est indexé annuellement et il constitue le plafond de prélèvement des cotisations d’assurance-emploi et le montant maximum pris en considération lors d’une demande de prestations d’assurance-emploi. La contribution maximale annuelle au régime d’assurance-emploi pour un travailleur augmentera de 33,18 $ pour atteindre 889,54 $ (une hausse de 46,46 $ pour les employeurs, soit 1 245,36 $ par employé). De plus, le Programme de réduction du taux de cotisation donnera environ 1,055 milliard de dollars en allègements de la cotisation en 2021 aux employeurs enregistrés et à leurs employés, qui recevront des parts de 7/12 et de 5/12 respectivement, en raison des économies générées au régime d’assurance-emploi grâce aux régimes d’assurance-salaire à court terme des employeurs enregistrés.

Enfin, pour les travailleurs indépendants canadiens qui ont choisi de cotiser au régime d’assurance-emploi, les gains annuels requis pour 2020 passeront à 7 555 $ pour les demandes soumises en 2021. Le niveau de rémunération requis pour que les travailleurs indépendants canadiens soient admissibles aux prestations spéciales de l’assurance-emploi est indexé annuellement au MRA annuel. Le taux de cotisation pour 2021 pour les résidents du Québec couverts par le Régime québécois d’assurance parentale sera de 1,18 $ par tranche de 100 $ de gains assurables, alors qu’il sera de 1,65 $ pour les employeurs.

Le maximum annuel de rémunération assurable pour un travailleur au Québec augmentera de 13,94 $ pour se chiffrer à 664,34 $ (une hausse de 19,52 $ pour les employeurs, soit 930,08 $ par employé). Les taux de cotisation d’assurance-emploi sont différents pour les résidents du Québec parce que cette province gère son propre plan d’assurance parentale, financé par les travailleurs et les employeurs du Québec. Produits connexes Communiqué : Le gouvernement du Canada annonce un plan pour soutenir les Canadiens pendant la prochaine phase de la relance  Document d’information : Aider les Canadiens au cours de la prochaine étape de la reprise économique : accès accru à l’assurance-emploi et prestations de la relance économique  Liens connexes Rapport actuariel 2021 sur le taux de cotisation d’assurance-emploi  Sommaire du Rapport actuariel sur le taux de cotisation d’assurance-emploi Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19

SOURCE Emploi et Développement social Canada